Auteur Sujet: Fanfics et nanardise  (Lu 266197 fois)

Hors ligne Nobody

  • Nobody is perfect
  • Modérateurs globaux
  • Prix Renaudot
  • ********
  • Messages: 2151
  • Popularité: +40/-22
  • Sexe: Homme
  • Fan de Code et des requins.
Re : Fanfics et nanardise
« Réponse #2320 le: 08 septembre 2017 à 22:50:32 »
Est-ce qu'on pourrait passer au dernier chapitre pour abréger nos souffrances ?  :suicide_anim:

Même les bourreaux sont plus cléments.
"Pour insister, " coupa Jim, anticipant le commentaire de Spock. "Parce que c'était Stupide. Et le truc du "héros imprudent", c'est mon truc, pas le vôtre. Vous êtes la partie sensée et rationnelle de ce partenariat. C'est vous qui portez le t-shirt "I'm with stupid".
Veritas - Peneloo

Hors ligne Corti

  • Membres d'honneur
  • Prix Femina
  • ******
  • Messages: 1148
  • Popularité: +34/-17
  • Sexe: Homme
    • http://puceau.corti.overblog.com
Re : Fanfics et nanardise
« Réponse #2321 le: 09 septembre 2017 à 01:05:38 »
J'avoue, j'ai été perdu aussi entre Jason et Jordan...

"Il avait le teint pâle et régulier" <= Je reste dubitatif sur un teint qui peut être régulier, mais pourquoi pas.

Hors ligne Code 44

  • Pen is my gun and ink is my bullets
  • Membres d'honneur
  • Prix Renaudot
  • *******
  • Messages: 3063
  • Popularité: +78/-43
  • Sexe: Homme
  • There's a bullet for everyone.
Re : Fanfics et nanardise
« Réponse #2322 le: 09 septembre 2017 à 05:09:28 »
Personne ne fuit. On avale Wattpadlove jusqu'au bout de sa 448e page.

Pour la France, pour le nanar, voici venir le

Chapitre XIV

Citer
Mon lit était probablement la chose la plus confortable au monde. Il était moelleux comme un nuage. Quand je me suis réveillée, j’étais hyper reposée. J’étais couchée sur le flanc et j’ai senti un truc chaud dans mon dos. Un objet dur appuyait contre mes fesses

Je sais ce que vous vous dites. Que l'autoteuse ne peut pas faire une blague à base de pénis dès la 2e ligne ? Qu'on est quand même bien au dessus de ça ? Vous ne connaissez tellement pas wattpadlove les enfants...

Citer
Le truc chaud a bougé et quelque chose de lourd s’est retrouvé sur ma taille. J’ai ouvert les paupières et j’ai étouffé un cri : il y avait un bras sur moi.

Ca a changé la Famille Adams.

Citer
Je me suis retournée pour regarder derrière moi. Mes yeux sont tombés sur le visage de Jason, paisiblement endormi. J’ai froncé les sourcils en essayant de me souvenir. Qu’est-ce qu’il fichait là ?

Je pense qu'il dort, championne. Sans doute en lien avec la fatigue et l'alcool de la fête.

Citer
Il était torse nu… Les sourcils de plus en plus froncés, j’ai baissé le regard plus bas que son nombril et j’ai hurlé en le repoussant. Jason s’est réveillé d’un coup et, avant de pouvoir dire quoi que ce soit, est tombé du lit avec fracas. Heureusement, le sol était couvert de moquette, sinon il se serait fait très mal.

Une pensée pour ce personnage qui était en train de ronfler, et qui se fait pousser hors du lit comme un connard par sa meilleure amie.

Citer
Jason semblait me chercher. Je me suis levée d’un bond, rouge comme une pivoine. Jason s’est assis sur le matelas. Il était couvert par un drap jusqu’à la taille.

Draps magiques américains; couvrent à la fois la poitrine des filles et la taille des garçons.

Citer
— Toi ! Tu… es tout nu !
— Arrête de crier, m’a-t-il implorée avec une grimace. Ma tête va exploser.
— Tu es à poil, ai-je insisté en pointant un doigt accusateur vers lui.
— Je ne suis pas tout nu, je suis…
Jason a soulevé le drap et a écarquillé les yeux.
— Bon, d’accord, je suis à poil.
— p****n, Jason, pourquoi ?
— Je ne sais pas.

La profondeur des dialogues quand même.

Citer
— T’étais couché contre moi et… ce machin m’a cognée ! Oh mon Dieu ! Ta chose m’a touchée !

Ca faisait longtemps.  =_=

Citer
— J’ai l’impression de m’être fait violer.
— Julie, tu dramatises.
— Ah oui ? Je me réveille et je trouve mon meilleur ami nu et en érection au lit avec moi. Excuse-moi de péter un câble.

https://www.youtube.com/watch?v=RHcqe6Bqbm0

Citer
Je me suis mise à faire les cent pas, la tête serrée entre les mains. Jason et moi avions déjà dormi ensemble. Vraiment dormi, nous n’avions pas couché ensemble. Jason était comme un frère. Il venait parfois passer la nuit chez moi quand ma mère était de garde. Et il ne nous était jamais rien arrivé de chelou comme ça.

Il a juste dormi à poil meuf; calme toi tout de suite.

Citer
Jason s’est levé et a couvert son machin avec mon oreiller.
Oh, mon pauvre oreiller !

Le saviez vous ? Pour le moment, cet oreiller a une vie sexuelle plus intense que Julie.

Citer
— Mais je ne comprends pas pourquoi tu es tout nu.
— Quand je suis bourré, j’aime bien me déshabiller, a-t-il avoué en se grattant la nuque.

J'imagine que Jason aime courir nu sur les terrains de football aussi.

Citer
— Ce truc m’a cogné les fesses. Pourquoi est-ce qu’il était dressé, d’abord ? ai-je demandé, mal à l’aise.
— C’est la crampe matinale, ça n’a rien à voir avec toi.
— C’est vrai ? Juré ?
— Oui.
— J’en reviens pas.

Julie est clairement la pire étudiante de bio de l'histoire des romans. Oui, le matin, les garçons ont une érection naturelle. C'est dû à un contrecoup des nerfs pendant la nuit et au fait qu'on va pisser le matin. Spoiler, vu comment Jason était beurré au chapitre d'avant; il a sûrement beaucoup plus envie d'aller faire pipi que de sauter sur Julie.

Citer
— Et puis c’est pas comme si tu ne l’avais jamais vu, a-t-il plaisanté.
Je l’ai fusillé du regard. Je sentais mes joues chauffer. Le sourire de Jason s’est évanoui.

Si on peut plus blaguer sur les choses...

Citer
Jason est sorti de ma chambre. Ses vêtements devaient être éparpillés sur le canapé.

Je veux que vous visualisiez l'image d'un Jason nu, mort bourré; qui rampe dans les escaliers à quatre heures du mat pour aller dans le lit de Julie; qui ne se rend compte de quelque chose qu'au réveil. Une fois que vous aurez ri, on passera au paragraphe gênant.

Citer
Pff, quel moment gênant. Ma vie partait en sucette. Sans compter que, maintenant, j’avais à nouveau l’image de la chose de mon meilleur ami imprimée dans le cerveau. C’était si clair dans mon esprit que je vous jure que j’aurais pu dessiner ce maudit machin si j’avais voulu. Même si ce n’était pas la première fois que je le voyais sans vêtements, c’était la première fois que je le voyais, eh bien, disons, excité. Laissez-moi vous dire que cette chose est énorme. Ça m’a un peu effrayée.
Et son machin m’a touchée ! J’ai frémi en y repensant.

Voilàààààà. On est à un bon tiers du chapitre; et ça ne parle que de bites. 43 millions de lectures; je rappelle.

Citer
Laura ! Tout à coup, je me suis souvenue qu’elle était saoule la veille au soir et que Shane ne l’avait pas ramenée. Elle était avec Jordan. J’ai couru et j’ai sauté sur mon lit comme un ninja pour répondre.
— Allô ?
J’étais hors d’haleine.
— Julie ? Ouf. Julie, je suis dans la mer...credi.
Elle parlait à toute vitesse. Elle faisait toujours ça quand elle flippait.
— Lau, qu’est-ce que…
— Je me suis réveillée dans le lit de Jordan. Je…

Si elle nous annonce qu'elle aussi a eu une érection matinale, je donne un accent brésilien à tous les personnages à partir de maintenant.

Citer
— Je ne me souviens pas de ce qui s’est passé hier soir. Mais je ne porte que son tee-shirt.
— Oh non.
— Je flippe complètement. Je ne suis peut-être plus vierge.

Pourtant, Camus est un chevalier d'or très très cool; je vois pas le souci avec ça.

Citer
— Calme-toi, Lau. Où est-il ?
— Sous la douche. Il faut que je me barre avant qu’il ne revienne, mais comment je suis censée m’en aller juste avec son tee-shirt ?
— Ta maison n’est pas très loin de la sienne, si ?
Ils habitaient tous dans la même rue : Shane, Jordan, Jason et Laura. J’étais la seule à vivre à l’écart de tous les autres.

Je remets encore une fois l'accent sur le fait que c'est débile qu'elle ne connaisse pas Shane depuis 17 ans ou ça ira cette fois ?

Citer
— Non, mais je ne peux pas rentrer chez moi dans cette tenue. Ma mère va me tuer.
— Va chez Shane, ai-je suggéré.
Mon idée avait de quoi nous surprendre toutes les deux.
— Quoi ? Je ne le connais pas bien.
— Moi, si. Vas-y, je vais l’appeler.
— Je peux pas… Je vais mourir de honte.
— Ben alors reste là et affronte Jordan. J’espère que tu seras prête quand il fera des commentaires sur la nuit dont tu n’as aucun souvenir.

Si ça se trouve, y ont passé la nuit à regarder MLP en français, et dans ce cas; je comprends la honte.

Julie compose donc le numéro de Shane :

Citer
— Laura arrive chez toi, il faut que tu l’aides.
— Pourquoi est-ce que… Et qui c’est Laura, p****n ?

Ah y a pas que nous qui avons du mal avec les prénoms, les persos aussi galèrent pas mal !

Shane (qui a un bon fond, n'oubliez pas) accepte d'aider Laura.

Citer
J’ai souri, soulagée, puis j’ai été prise d’une inquiétude soudaine. Et si Laura avait perdu sa virginité hier soir ? Elle serait effondrée si ça lui était arrivé. Elle rêvait que sa première fois soit inoubliable, avec un garçon qu’elle aimait. Nous étions très semblables sur ce point. Nous attendions toutes les deux que nos princes charmants débarquent et tout le tralala

Encore une fois, le concept d'expérience, de faire des erreurs, de trouver le bon, nn. Ca sera le prince charmant (enfin dans le cas de Julie le prince SOMBRE & TORTURE et personne d'autre).

Citer
J’ai examiné mon téléphone et j’ai souri à nouveau en remarquant que j’avais un message d’Evan.
@JulieRocks. Bonjour, rayon de soleil ;) Les dragons dans mon estomac ont battu des ailes et je n’ai pas pu m’empêcher de rougir un peu.
@Poète_sombre001. Hé, tu as l’air de bonne humeur aujourd’hui.
Lui. Oui, j’ai fait un super rêve hier soir.
Moi. Ah oui ? Tu as rêvé de quoi ?
Lui. Je te le dirai plus tard.
Je me suis mordillé la lèvre de curiosité.
Moi. Pourquoi pas maintenant ?
Lui. J’ai un truc à faire. À plus tard, miss Fraise.

C'est dans ces moments là qu'on comprend la profondeur de leur relation.

Citer
Jason m’appelait du bas de l’escalier.
— Quoi ?
— Le p’tit-déj est prêt.
— Oh non !
J’ai couru hors de ma chambre. Jason était nul en cuisine, j’avais peur de découvrir le résultat de ses tentatives culinaires. Quand je suis arrivée, Jason était assis sur le comptoir et sa bouche était pleine. J’ai grimacé de dégoût en le voyant mâcher la bouche ouverte.
— Tu as fait… des pancakes ?
Je fixais l’assiette devant moi. Les crêpes sont censées être rondes, non ? Jason avait complètement oublié ce détail. Leur forme était indéfinissable.

Profitez d'une des rares blagues du roman qui ne parle ni de bite; ni de chips.

Citer
Quand nous avons fini le repas, Jason s’est lancé dans la vaisselle. J’étais assise à côté du comptoir et je me suis mise à admirer son profil. Ses cheveux bruns étaient en désordre et partaient dans toutes les directions. Jason était plutôt mignon, je m’en rendais compte. C’était le genre de gentil garçon qui séduit les filles avec des mots doux et des sourires craquants. Il mordillait sa lèvre inférieure en continuant à laver les assiettes. Il avait de belles lèvres, l’inférieure était plus rebondie que l’autre mais le résultat était assez réussi. Son corps n’était pas aussi musclé que celui de Shane, mais Jason était mince et ses muscles étaient bien dessinés.
Qu’est-ce que tu fiches, Julie ?
J’étais en train de mater mon meilleur ami ! C’était complètement inapproprié. L’avoir vu tout nu m’avait vraiment perturbée. Cette pensée a fait réapparaître les images indésirables de sa chose dans mon esprit. Oh mon Dieu, je n’ai pas pu m’empêcher de rougir.

PARCE QUE CA A PAS DURE LONGTEMPS.

Citer
Jason était parti dès qu’il avait terminé le rangement de la cuisine. Je lui en étais reconnaissante. J’avais vraiment besoin de garder mes distances avec lui pendant un moment. Le fait de l’avoir vu à poil me turlupinait.

Meuf, tu passes ta vie à le voir à poil, ton pote.  =_=

Citer
Le téléphone de la maison a sonné et j’ai répondu avant que la sonnerie ne réveille ma mère. Elle avait vachement besoin de repos.
— Allô ?
— Salut, miss Pêche.
Ma respiration est restée coincée dans mes poumons et mon cœur s’est emballé.
Reste cool, Julie.
— S… salut.
J’ai bégayé ? Bien joué, Julie.
— Tu as l’air surprise.
Comme chaque fois, sa voix sexy m’a fait frissonner.

A force de frissonner comme ça, je vais finir par croire que Julie a peut-être attrapé un rhume à la rivière.

Citer
— Je ne m’attendais pas à ce que tu appelles, ai-je admis après m’être éclairci la gorge.
Il a eu un petit rire.
— Je m’ennuie.

Et nous donc.

Citer
— J’ai lu le nouveau chapitre de ton histoire, m’a-t-il annoncé tout à coup.
Je me suis figée.
— Pourquoi ? Je croyais que tu la trouvais nulle. Tu m’as dit qu’elle était cucul.
— La curiosité. C’est incroyable tout ce qu’on peut apprendre sur toi en la lisant.
— Qu’est-ce que tu veux dire ?
— Rien, a-t-il murmuré.

J'ai sérieusement vu des conversations plus intéressantes sur Coco.fr; et y a que des pédophiles et des trolls de JVC là bas.

Citer
Un nouveau frisson m’a parcouru l’échine. Il fallait vraiment que j’apprenne à me maîtriser avec lui. Si sa voix me faisait cet effet, je n’osais pas imaginer ce qui se passerait si je le rencontrais en face à face. Ça m’a rappelé qu’il ne voulait pas me révéler où il habitait.
— Evan…
— Non, m’a-t-il interrompue d’un ton sec.
Avait-il deviné ce que j’allais lui demander ?
— Pourquoi tu ne me le dis pas ?
— Ça n’a aucune importance.
— Ça en a pour moi.
— Pourquoi ?
— Parce qu’on est amis.
J’ai un peu traîné sur le dernier mot. Pourquoi ? Parce qu’il te plaît, idiote. Tu ne veux pas être amie avec lui.
— Nous sommes à des kilomètres de distance, Julie.
J’ai ressenti des chatouillis dans l’estomac en l’entendant prononcer mon nom.
— Tu me l’as déjà dit, mais j’ai juste envie de savoir où tu vis.
Evan a soupiré.
— C’est mieux que tu ne le saches pas, a-t-il tranché.

Je maintiens ma théorie sur Melun.

Citer
Je me suis interrompue, je ne savais pas quoi répondre.
— On ne devrait pas faire ça, a soufflé Evan.
— Faire quoi ?
— Ça.
— De quoi tu parles ?
— Julie, je ne suis pas un mec bien. Tu ne devrais pas t’intéresser autant à moi.

JE SUIS SOMBRE ET TORTURE N'AS TU PAS COMPRIS ?

Citer
— J’ai juste envie de savoir où tu habites, c’est tout.
— Je sais pourquoi tu veux le savoir, et c’est pour ça que je ne te le révèle pas.
— Evan, je ne comprends plus rien.
— Je sais.

"Il n'y a que moi qui puisse stalker les gens, femelle !"

Citer
J’ai perçu une note de tristesse dans sa voix.
— Je dois y aller, a-t-il ajouté.
— Evan, ne…
— Désolé, a-t-il chuchoté avant de raccrocher.

J'avais pas autant pleuré que depuis le Tombeau de Lucioles.

Citer
J’ai reposé le téléphone sur la table et je me suis passé les doigts dans les cheveux. Qu’est-ce qui m’arrivait ? Pourquoi est-ce que j’avais tellement envie de savoir où il vivait ? Je connaissais la raison. J’essayais de le nier, mais ça ne servait à rien de me mentir.

Tu voudrais voir sa chose, hein, Julie ? ( ͡° ͜ʖ ͡°)

Citer
Evan me plaisait vraiment. Beaucoup. C’était bien plus qu’une amourette sur Internet. Je commençais à l’aimer pour de vrai. Voilà pour quelle raison je voulais savoir dans quelle ville il était : parce que j’espérais pouvoir le rencontrer. Les sentiments que j’avais pour lui ne faisaient que croître. Ça m’inquiétait : je n’avais jamais été aussi amoureuse de toute ma vie. J’avais tellement envie de le rencontrer que ça me faisait flipper : j’avais peur de souffrir et peur qu’il ne m’aime pas en retour. Je ne savais même pas s’il m’aimait bien… comme une simple copine. Mon Dieu : et s’il vivait dans un autre pays ?

Tant qu'il t'envoie pas un mandat cash à destination du Nigéria, tu peux être tranquille meuf.

Citer
Wattpad avait des membres partout dans le monde. Je me suis laissée tomber en arrière et j’ai fixé le plafond. Si je m’en référais à ma liste de choses à faire, la semaine allait être longue.
 
Choses à faire :
1. Découvrir où habite Evan.
2. Déterminer si Laura est encore vierge ou pas.
3. Essayer de ne plus voir Jason tout nu.
4. Aider Shane avec Marissa ou Merissa ou je ne sais quoi.
Et, le plus important :
 
5. Comprendre ce qui m’arrive. Pourquoi est-ce que j’ai des sentiments pareils envers un garçon que je n’ai jamais rencontré ?
 
Oui, la semaine allait être longue.

Julie arrivera t-elle à atteindre ses objectifs ? (oui). Aura t-elle la présence d'esprit de retracer le numéro avec lequel Evan l'appelle pour le localiser ? (non). Vous aurez (peut-être) la réponse à ces questions demain; dans la suite de wattpadlove !
Décidément les fanfics de Code 44 sont ma came, Tehem

Hors ligne Zed3Et

  • Psychopathe tendant vers l'asocial (ou le contraire...)
  • Roman
  • ***
  • Messages: 289
  • Popularité: +9/-2
  • Sexe: Homme
Re : Re : Fanfics et nanardise
« Réponse #2323 le: 09 septembre 2017 à 10:49:45 »
Citation de: Code 44
Voilàààààà. On est à un bon tiers du chapitre; et ça ne parle que de bites. 43 millions de lectures; je rappelle.
C'est cohérent avec le succès de Fifty Shades. Faisons ensemble le deuil du cerveau de notre prochain  ;(
Les idées sont des épées vivantes qui, une fois forgées par le génie, prennent des ailes et combattent toutes seules et sans avoir besoin d'une main qui les tienne.
Victor Hugo

Hors ligne Code 44

  • Pen is my gun and ink is my bullets
  • Membres d'honneur
  • Prix Renaudot
  • *******
  • Messages: 3063
  • Popularité: +78/-43
  • Sexe: Homme
  • There's a bullet for everyone.
Re : Fanfics et nanardise
« Réponse #2324 le: 10 septembre 2017 à 08:54:12 »
Chapitre XV

Citer
Il était 3 h 06 du matin. J’étais assise sur un banc au milieu de la place principale de la ville. Shane était à côté de moi. Il ne disait rien. Je grelottais de froid, mes cheveux étaient tout collés, mes vêtements humides. Mon torse était couvert de vodka, de jus de fraise et d’autres substances non identifiées. Shane n’était guère en meilleur état. Un hématome se formait sur sa joue et il allait sans doute se transformer peu à peu en œil au beurre noir. Sa lèvre était gonflée et fendue, sa chemise déchirée à plusieurs endroits.
Je sais quelle question vous taraude : qu’est-ce qu’on avait fichu ? Très bien, je vais vous éclairer.

Alors clairement, on a tous compris que vous étiez à une fête et que c'est parti en couilles; mais comme l'autoteuse a besoin de remplir son roman, on va avoir droit à un flashback.

Citer
Douze heures plus tôt

— Je suis trop gênée, a déclaré Laura en choisissant une frite.

Je la comprends, elle avait demandé des potatoes.

Citer
— T’imagines, je ne me souviens de rien ! Quand j’essaie de me rappeler la soirée, il y a un énorme blanc dans mon cerveau.

Comme moi quand on me demande "y a quoi de positif dans Wattpadlove" ?

Citer
— C’est le pouvoir de l’alcool, Lau. Il peut effacer complètement ta mémoire.

C'est SUPER UTILE après chaque nanardalyse, vous imaginez pas à quel point, bordel.

Citer
Elle a piqué dans une rondelle de tomate de sa salade.
— Je voulais juste m’amuser et…
— Boire un peu, mais tout est parti en sucette après le premier verre ? ai-je terminé à sa place.

Wattpadlove, le nouveau Projet X.

Citer
J’avais entendu ça plusieurs fois cette semaine. Elle ne parlait que de ça. Je la comprenais. J’aurais fait pareil – ou même pire – à sa place. Il allait falloir qu’elle parle avec Jason tôt ou tard. Elle n’allait pas pouvoir l’éviter éternellement : nous fréquentions le même lycée et il habitait dans sa rue. Elle avait peur de ce qu’il pourrait lui révéler… peur qu’il ne confirme qu’elle avait perdu sa virginité pendant une nuit trop arrosée.

Ou encore pire, il lui a peut-être ouvert un compte sur Pinterest.

Citer
— Il n’a pas essayé de te parler ?
J’ai mordu une grosse bouchée de mon hamburger et j’ai enfourné quelques frites. Mes joues ont doublé de volume. C’était trop bon. J’ai laissé échapper un petit gémissement de plaisir. Laura m’a regardée comme si j’étais une extraterrestre. Je l’ai interrogée du regard.
— Je ne comprends pas comment tu es si mince : tu t’empiffres comme un cochon.

Et bien sûr notre héroïne parfaitement "ordinaire", n'a pas une rondeur. C'aurait été dommage de faire une fic ancrée dans la réalité.

Citer
Laura m’a adressé un petit signe en quittant la cafétéria. Je suis partie à mon tour, l’estomac plein, satisfaite de mon repas. Ma bonne humeur s’est évanouie en voyant qui arrivait vers moi.
Shane Mason. Le mec le plus populaire du lycée ou, comme j’aimais l’appeler, l’Antéchips.
C’était ma version personnelle de l’Antéchrist, très appropriée vu que, pour moi, les chips étaient un cadeau divin

Je sais pas ce qui est le pire entre le jeu de mot, ou l'explication ultra lourde qui suit pour être sûr qu'on ait compris la blague.

Citer
Shane portait un tee-shirt sombre et moulant qui mettait en valeur ses bras et son torse musclés. Ses cheveux étaient parfaitement décoiffés et ses yeux brillaient de suffisance quand il passait devant les filles.

Avez vous compris que Shane était beau, ou bien l'auteur a t-elle été trop subtile ?

Citer
Vite. Il faut que je me cache !
Sans réfléchir, je me suis engouffrée dans le cagibi du concierge. J’entendais le brouhaha dehors. Tout le monde devait retourner en cours. Je comptais attendre quelques minutes avant de courir en classe. J’espérais que Shane serait parti quand je sortirais.

Il est pratique ce lycée où Julie peut se cacher dès qu'elle n'a pas envie de voir Shane...avec qui elle devient pote...auquel elle demande des services, et qui dit oui...c'est moi où elle devient aussi connard que lui ?

Pour rappel, Julie est censée aider Shane a pécho Mélissa, une random de l'école, hélas les choses ne se passent pas forcément très bien.

Citer
Shane s’est rapproché de moi jusqu’à ce que je me retrouve acculée contre le mur. J’ai dégluti.
— Ah oui ? C’est bizarre parce que je viens de lui demander de sortir avec moi et elle m’a rembarré. Ta stratégie ne fonctionne pas si bien que ça, on dirait.

Elle aurait dû dire à Mélissa que Shane est un gentleman qui paye son Bicmac au drive, la nana craquait direct.

Citer
Il a placé une main sur le mur à côté de mon visage. Ses yeux noisette étaient plongés dans les miens.
— J’ai essayé, j’ai vraiment essayé, mais elle est…
Shane a posé son index sur mes lèvres pour me faire taire. J’ai frissonné à son contact.
— Tu ne t’es pas donnée à fond.
Il a retiré sa main et a baissé le regard vers ma bouche. La tension dans le petit cagibi était palpable.

Ca vous avait manqué les scènes glauques ? Moi pas.

Citer
— Si tu échoues, tu seras mon esclave pendant une nuit.
J’ai voulu protester, mais il m’a coupé la parole :
— Il n’y a pas de mais. Tu m’en dois une, Jones.
— Je ne coucherai pas avec toi, ai-je décrété avec fermeté.
Shane a ricané.
— Pourquoi tu penses toujours ça ? Tu ne me plais pas, Jones. Je ne coucherais pas avec toi même si tu étais la dernière nana sur terre.
Ses mots m’ont blessée. Shane arrivait à me faire sentir moche en une phrase. Les larmes me sont montées aux yeux, mais je les ai contenues et j’ai relevé fièrement le menton.
— Et moi je ne coucherais pas avec toi même si… même si…
Je n’ai pas trouvé la suite.
Shane a éclaté de rire.
— Même si ?
Il a haussé un sourcil et s’est penché sur moi.
— C’est des conneries, Jones. Si je voulais, tu me tomberais dans les bras en un clin d’œil.

Cette fic fait tellement du surplace qu'Usain Bolt lui est passé devant dix fois.

Citer
— Jamais.
— Tu veux parier ?
— Pas question.
J’avais lu beaucoup d’histoires qui tournaient autour de paris, sur Wattpad. La fille en sortait toujours perdante : soit elle avait le cœur brisé, soit elle vivait très heureuse avec le mec. Avec ma chance, pour moi, ce serait fatalement la première option. Les fins heureuses, ce n’était pas mon truc.

Je sais pas ce qui est le pire entre les scènes de harcélement, et les moments où l'auteur essaye de faire du méta.

Citer
Le sourire moqueur de Shane s’est élargi.
— T’as peur de perdre, Jones ?
— Non, je…
— Alors pourquoi tu refuses ?
Il s’est encore rapproché, au point que nos souffles se sont mêlés. Je l’ai repoussé, mais il n’a pas bougé d’un millimètre.
— Oooh, la petite Jones a peur de perdre.
— Dégage.
J’ai de nouveau appuyé sur son torse.
— Dis oui.
— Non, Shane.
J’ai voulu le contourner, mais il a posé sa main sur ma hanche pour me maintenir en place.
— Pourquoi pas ? a-t-il insisté en enfouissant son visage dans mon cou.
Ma respiration s’est accélérée quand j’ai senti son nez frôler ma peau.
— Shane, arrête !
Je l’ai poussé plus fort et, cette fois, il a reculé un peu.
— Lâche, m’a-t-il lancé quand j’ai atteint la porte. Attends !

P'tet quand même les scènes de harcèlement.

Julie accepte donc d'aller à une soirée chez Jordan le soir, et de demander à Mélissa d'y être.

Citer
L’après-midi est passé assez vite. Je n’ai pas trop suivi le cours de bio parce que je chattais avec Evan.
@JulieRocks. Tu as renoncé à jouer les Cupidon ?
Il était au courant de l’histoire de Melissa et Shane.
@Poète_sombre001. Pas encore, mais je suis vraiment nulle à ce jeu-là. Melissa ne veut même pas parler de lui.
Lui. Ha, ha, miss Fraise est nulle en histoires d’amour. Quelle ironie.
Moi. Qu’est-ce que tu veux dire ?
Lui. Tu débordes d’amour et de douceur. Tu écris des histoires à l’eau de rose, mais tu n’es pas fichue de jouer l’entremetteuse.
Moi. Oh la ferme !
Lui. ;) J’ai touché un point sensible, miss Pêche ?
Moi. C’est reparti, avec les surnoms ?
Lui. Oui.

Mais le scénario demande un retour sur Evan, donc on y retourne pour plus de chat inutile.

Citer
Moi. Tu fais quoi ?
Je posais la question pour essayer d’en savoir plus sur lui, histoire qu’il révèle involontairement où il habite ou une autre info intéressante. Oui, je sais, ça ne risquait pas d’arriver, mais on peut rêver, non ?
Lui. J’écris.
Moi. Ah oui ? Tu écris quoi ?

A votre avis, quel genre de trucs un mec dont le pseudo est Poète Sombre peut bien écrire ?

Citer
Lui. Un poème.
Moi. Sur quoi ?
Lui. Un poème triste :)

JE SUIS SURPRIS.

Citer
Moi. Hum, c’est ton genre préféré, non ?
Lui. Je crois.
Moi. Tu peux me le montrer ?
Lui. Non.
Moi. Allez, tu vas le poster sur Wattpad, je le lirai de toute façon.
Lui. Je ne le posterai pas.
J’ai froncé les sourcils.
Moi. Pourquoi pas ?
Lui. C’est très personnel. Personne ne le lira.

"Mais je t'en parle quand même parce que je suis mystérieux".

Citer
Moi. Waouh, tu es bien mystérieux. C’est bon, tu as piqué ma curiosité. Tu peux au moins me dire de quoi ça parle ?

DE PENIS.

Citer
Lui. De toi.

Hey, elle passe son temps à regarder des choses, j'étais pas si loin.

Citer
Moi. Moi ?
Lui. Oui.
Moi. Tu as écrit un poème sur moi ?
Mon cœur battait à tout rompre. Les dragons dans mon estomac volaient dans tous les sens. Je me suis mordillé la lèvre en attendant la réponse.
Lui. Oui.
Moi. Pourquoi ?

Est-ce que vous êtes prêts pour la réponse ?

Citer
Lui. Parce que.

Vous étiez pas prêts.

Citer
Ça va mal finir, me suis-je dit en arrivant devant la porte de Jordan. La musique à l’intérieur annonçait une chouette soirée. Melissa était à côté de moi. Elle était venue me chercher. Après le lycée, nous étions toutes les deux rentrées chez nous pour nous préparer. Elle était belle dans une robe moulante à fleurs et de jolies sandales. Je me suis tout à coup rendu compte que je n’étais pas très présentable. Comme d’habitude, je portais un jean baggy et un tee-shirt large. Mes cheveux étaient noués en chignon désordonné. Les fêtes, c’était pas mon truc. J’étais juste venue pour accompagner Melissa, sinon je serais restée à la maison.

Ecoute cocotte, c'était soit aller à la fête pour faire avancer le scénario, soit rester chez toi à manger des chips et je ne supporterai pas une blague de plus sur les chips dans ce chapitre, alors on se concentre, nom de dieu !

Citer
La porte s’est ouverte sur un Jordan tout sourire. Il avait au moins deux têtes de plus que moi. Avec ses allures de bad boy débraillé, il était vraiment beau. Il me faisait penser à Shane.

Y A UN SEUL PERSO QUI N'EST PAS BEAU DANS L'UNIVERS DE WATTPADLOVE ?

Citer
— Comment ça se fait que je ne t’aie jamais vue, ma chérie ? a-t-il poursuivi en se rapprochant de ma copine blonde.
Je me suis interposée.
— Sans doute à cause du grand panneau « Dragueur » placardé sur ton visage. Il doit te boucher la vue, non ? ai-je répliqué d’un air faussement sympa.



Quelle répartie. Entre ça et la vanne sur la taille de la bite de Shane, on sent que Julie est une rhétoricienne redoutable.

Citer
Je l’ai vu mater les fesses de Melissa quand elle est passée devant lui. Dégueu. Les mecs sont tous les mêmes. J’ai suivi Melissa en secouant la tête d’un air désapprobateur.

Les mecs, tous des porcs...sauf Evan, hein ? ;)

Citer
C’est dingue comme une fête peut changer en peu de temps. Quand nous sommes arrivées, tout était plutôt calme. Quelques grappes de gens papotaient en buvant un verre. Deux heures plus tard, c’était le bordel.

Les parties de Uno sous alcool, ça part vite en sucette.
Décidément les fanfics de Code 44 sont ma came, Tehem

Hors ligne Code 44

  • Pen is my gun and ink is my bullets
  • Membres d'honneur
  • Prix Renaudot
  • *******
  • Messages: 3063
  • Popularité: +78/-43
  • Sexe: Homme
  • There's a bullet for everyone.
Re : Fanfics et nanardise
« Réponse #2325 le: 10 septembre 2017 à 08:54:57 »
Citer
Des filles dansaient sur les tables, des garçons essayaient de les tripoter, des couples s’embrassaient dans des coins sombres, d’autres montaient à l’étage faire Dieu sait quoi.

Je pense qu'ils pratiquent le coït, jeune Julie.

Citer
Mes yeux se sont posés sur l’escalier et j’ai vu Shane descendre. Sa chemise était aussi en désordre que ses cheveux, un sourire arrogant était placardé sur ses lèvres. Il avait l’air… triomphant ? Comme s’il avait gagné quelque chose… Comme si…
Oh non.

IL A PRATIQUE LE COÏT.

Citer
Jordan a retrouvé Shane au bas des marches et lui a fait un tope là. Puis tout s’est passé au ralenti. Melissa est descendue en réarrangeant sa robe. Jordan a sorti de l’argent de sa poche et l’a tendu à Shane. Les yeux de Melissa se sont élargis. Une expression de douleur mêlée de colère est apparue sur son visage. Elle s’est postée entre eux deux.
— Shane, tu peux m’expliquer ? a-t-elle demandé en fixant les billets qu’il avait en main. Shane ne savait pas quoi répondre. Il ne s’attendait pas à se faire pincer.
— Il a gagné un pari, c’est tout, ma chérie, a expliqué Jordan d’un air détaché.
— Un pari ? Quel était l’enjeu ? a-t-elle insisté, furieuse.
J’avais l’impression d’assister en direct à un mauvais feuilleton. Il ne manquait que le pop-corn.
— Toi, a déclaré Jordan en haussant les épaules.
Shane l’a fusillé du regard.
— Moi ? a répété Melissa.
— Oui, on a parié sur le temps qu’il mettrait avant de coucher avec toi.

Rappelez-vous que selon la maman de Julie, il a bon fond.

Citer
Les larmes sont montées aux yeux de Melissa. Je les ai rejoints et j’ai giflé Jordan. Il s’est tenu la joue, l’air complètement abasourdi. Je me suis tournée vers Shane, qui, pour une fois, paraissait se sentir coupable.
— Jones, je…
Je l’ai giflé lui aussi.
— Tu es le mec le plus répugnant que j’aie jamais rencontré !

Alors déjà calme-toi, parce que t'as pas encore été fouiner dans l'historique d'Evan, hein.

Citer
Je me suis mise à lui rouer le torse de coups de poing.
— Gros porc sans cœur ! Monstre ! J’espère que tu crèveras dans ton sommeil ! Que tu te feras avaler vivant par un anaconda sans dents !

Visualisez dans votre tête un univers où une fille hurle sur un mec en le frappant "que tu te feras avaler vivant par un anaconda sans dents"; et rappelez vous que ceci a été relu, corrigé, approuvé et désormais existe en livre papier, et que c'est vendu 15e.

Citer
Shane ne me retenait même pas. Il me laissait le frapper.
— Quand je pense que j’ai participé à cette mascarade ! Que je t’ai aidé !
— Qu’est-ce que tu racontes, Julie ? a demandé Melissa, qui était juste derrière moi.
Avant que je ne puisse répondre, Jordan a ouvert sa grande gueule : — Elle l’a aidé à faire ta connaissance. Tout ça, ça faisait partie d’un plan.
Je me suis retournée vers Melissa. Son visage s’est assombri. J’avais l’impression d’être la plus grosse mer...credi de la terre. Je m’en voulais à mort.
— Melissa, je…
— C’est vrai, cette histoire ?
Deux larmes ont roulé sur ses joues. Mon cœur s’est serré.
— Alors, tout ça, c’était un mensonge ? Tu n’as jamais voulu devenir mon amie ? Ça faisait partie d’un stupide pari ?
Sa voix s’est brisée.
— Je croyais que tu étais différente des autres, Julie. Je pensais…
Elle a attrapé un gobelet en plastique posé sur une table près d’elle et me l’a versé sur la tête. Le liquide glacé a ruisselé le long de mes cheveux et de mon visage.
Je l’avais bien mérité.

Tant de drama.

Citer
Elle est partie en m’ignorant. J’ai voulu la suivre, Shane m’a rattrapée par le bras.
— Laisse-la.
Il m’a tirée vers l’intérieur de la pièce. J’ai frappé sa main pour qu’il me lâche.
— Ne me touche pas !
Shane m’a observée en se massant les tempes. Même si je voyais bien qu’il se sentait coupable, ça ne suffisait pas à apaiser ma colère. Il s’est adossé au comptoir de la cuisine.
— Arrête de me regarder comme ça.
— Comme quoi ?
— Comme si tu voulais m’étriper.
— C’est peut-être parce que j’ai envie de te tuer ! Comment as-tu pu faire un truc pareil ?
— Pourquoi tu en fais toute une affaire ? Tu t’attendais à quoi ?
— Je croyais que tu l’aimais vraiment bien ! C’est pour ça que je t’ai aidé.
— Tu oublies que je suis un tombeur, Jones. C’est mon truc. Une fille me plaît, je la baise et je passe à la suivante.

Je me demande bien si une rencontre avec une fille "ordinaire" pourrait le pousser à se remettre en question, dites-donc.

Elle s'embrouille donc avec Shane et commence à s'en aller.

Citer
Je suis sortie de la cuisine. Je me sentais hyper mal. Je me frayais un chemin entre les gens bourrés quand quelqu’un m’a saisie par le tee-shirt pour m’attirer dans un coin sombre. Mon dos a cogné le mur et je me suis retrouvée face à un mec aux cheveux roux. Il avait les yeux injectés de sang et puait l’alcool.
— T’es toute seule, beauté ? a-t-il roucoulé en me tenant la joue.
J’ai chassé sa main.
— Dégage !
Je l’ai repoussé. Il a titubé en arrière en ricanant.
— T’as de beaux yeux.
Il est revenu à la charge et s’est collé contre moi. J’ai grimacé.
— Lâche-moi.
Il m’a pris les mains et les a plaquées contre la paroi au-dessus de ma tête, puis a glissé sa main sous mon tee-shirt.
— Arrête ! Au secours !
Je hurlais, mais la musique était trop forte, personne ne m’entendait. J’aurais bien vomi quand sa langue m’a léché le cou. Tout à coup, quelqu’un a tiré ce sale pervers en arrière

Oh là là, ne serait-ce pas ironique que la demoiselle en détresse soit sauvée par celui-là même qu'elle vient de traiter de salaud ?

Citer
— Bas les pattes !
Shane a repoussé le roux avec fureur. Je ne l’avais jamais vu aussi en colère, il était flippant. Ils ont commencé à se battre.

LA BAGARRE.

Citer
Shane a filé une raclée au rouquin, même si d’autres essayaient de lui venir en aide. Ça a tourné à la bagarre générale. Des filles criaient, des chaises volaient et du verre se brisait. Une autre façon de recycler les bouteilles d’alcool, en circuit court. Je ne voyais même plus Shane.
J’ai décidé de rentrer chez moi à pied et j’ai poussé un soupir de soulagement en quittant la fête. J’étais inquiète pour Shane. Même s’il s’était comporté comme un salaud, il m’avait tirée des griffes du roux.

"Tirée des griffes du roux", avouez que ça fait un pur titre de collection Harlequin.

Citer
J’ai levé la tête vers le ciel.
— Il ne manquait plus que ça ! ai-je déclaré sans m’adresser à personne.
Je grelottais. La nuit était fraîche. Ce n’était pas mon jour.
— Jones !
Je me suis retournée. Shane courait vers moi.
— Cours !
— Quoi ? Pourquoi ?
Je suis restée plantée là sans comprendre, puis j’ai vu une bande de mecs qui le poursuivaient. Shane m’a rejointe, m’a prise par la main et m’a tirée derrière lui. Nous nous sommes mis à galoper comme des fous. De grosses gouttes me frappaient le visage et le froid était devenu insupportable.

Bah oui, la fête se passant chez Jordan, le meilleur ami de Shane, j'imagine qu'il n'y avait personne pour prendre le parti de Jean Michel Connard dans la baston.  =_=

Citer
Voilà comment nous avons abouti sur ce banc. Shane avait encaissé des coups et le haut de mon corps était trempé. Heureusement, mon téléphone était dans la poche de mon jean. Il n’était pas mouillé. Je n’étais vraiment pas douée pour remplir mes objectifs. Vous vous souvenez de ma liste de tâches ? Eh bien, je ne savais toujours pas où vivait Evan, ni si Laura était encore vierge ou non. Conclusion : j’étais plutôt nulle pour remplir mes objectifs.

T'es pas nulle qu'à ça, meuf, crois moi.

Citer
Je me suis tournée vers Shane. Il observait distraitement la rue.
— On devrait y aller, ai-je proposé en brisant le silence.
Shane était trop calme, c’était bizarre.
— Ouais, a-t-il répondu froidement.

"Assez perdu de temps dans ce flashback, l'action doit reprendre !"

Citer
Il s’est levé et je l’ai imité. Mon téléphone a vibré dans ma poche, je l’ai sorti pour vérifier le message. C’était un mail de Wattpad : « Poète_sombre001 vous a envoyé un message. »
Je l’ai ouvert en souriant comme une idiote.
@JulieRocks. Tu étais mignonne ce soir.
Je me suis arrêtée net. Comment est-ce qu’il…
J’ai tapé ma réponse les mains tremblantes.
@Poète_sombre001. Comment le sais-tu ?
Lui. Parce que je t’ai vue ;)



Les scènes glauques s'arrêteront-elles un jour dans wattpadlove ? Evan est-il en réalité roux ? Shane finira t-il en couple avec un paquet de chips ? Nous verrons cela ensemble, demain, dans la suite de l'analyse nanarde de cette merveille fanfic.
« Modifié: 10 septembre 2017 à 12:43:35 par Code 44 »
Décidément les fanfics de Code 44 sont ma came, Tehem

Hors ligne Code 44

  • Pen is my gun and ink is my bullets
  • Membres d'honneur
  • Prix Renaudot
  • *******
  • Messages: 3063
  • Popularité: +78/-43
  • Sexe: Homme
  • There's a bullet for everyone.
Re : Fanfics et nanardise
« Réponse #2326 le: 11 septembre 2017 à 09:50:48 »
Chapitre XVI

Citer
Dire que j’étais sous le choc serait un euphémisme.
J’étais abasourdie, clouée sur place, hébétée, les yeux rivés sur l’écran de mon iPhone.
Il m’a vue.
Evan m’a vue.
Il vient de dire qu’il m’avait vue.
Ces mots tournaient en boucle dans ma tête, accompagnés de questions. Quand ? Il était sérieux ou c’est une blague ? Il était à la soirée ?
Nous sommes à des kilomètres l’un de l’autre. Cette phrase aussi résonnait dans ma tête. Pas besoin d’être un génie pour réaliser qu’Evan m’avait menti : restait à savoir si c’était au sujet de la distance ou du fait qu’il m’avait vue. Je comptais bien le découvrir.

Ce qui est bien, c'est que cérébralement elle évolue. Bon, vu d'où elle partait c'est pas un exploit en soi, mais quand même.

Citer
@Poète_sombre001. Comment ça, tu m’as vue ?
Mon cœur menaçait de bondir hors de ma poitrine tellement l’attente m’était insupportable.
@JulieRocks. ;)
Quoi ?! C’était ça, sa réponse ? Un stupide clin d’œil ?! J’étais en pleine crise cardiaque et il m’envoyait une émoticône ?! Evan pouvait vraiment être nul parfois.

Evan a appris l'art du troll sur 4chan.

Citer
Moi. Evan, c’est quoi, cette histoire ? Pourquoi tu dis que tu m’as vue ?
Lui. Parce que c’est vrai.
Moi. Comment ? Quand ?
Lui. Comment ? Avec mes yeux. Quand ? Ce soir ;) Moi. Tu étais à la fête ?
Lui. Peut-être.
Moi. Peut-être ? Evan, je ne comprends plus rien.

C'est soit ça, soit il travaille à la NSA et te mate avec un satellite meuf. A ton avis, le plus probable ?

Citer
J’ai envoyé ce message les doigts tremblants. Je me suis rendu compte que je ne me sentais pas très bien. J’avais l’estomac barbouillé et, croyez-moi, ce n’était pas agréable.

L'abus de tartiflette aux soirées étudiantes. Classique.

Citer
Ce qui m’est arrivé ensuite était la dernière chose à laquelle je m’attendais. Je ne sais pas si c’était parce que j’avais sauté le dîner ce soir-là ou parce que j’avais bu une bière ou à cause de toutes les émotions que j’avais traversées au cours des deux dernières heures.
Ma vue s’est brouillée et mes mains sont devenues moites et glacées. Je me suis sentie soudain très mal, mes genoux se sont dérobés sous moi et mes yeux ont roulé vers l’arrière.
Moi, Julie Ann Jones, je suis tombée dans les pommes en plein milieu de la place centrale de ma ville.

Elle tient mal la 8-6, quand même.

Citer
— Elle est morte.
— Mais non.

Hélas.

Citer
Qu’est-ce qui m’était arrivé ? J’étais couchée sur le dos sur une surface moelleuse. Un lit. Quelque chose m’a touché la joue.

Alors non, pour une fois, POUR UNE FOIS, ce n'est pas une bite. Enfin, j'espère.

Citer
— Qu’est-ce qui s’est passé ? ai-je demandé d’une voix pâteuse.
J’avais horriblement mal à la tête.
— Tu t’es évanouie.
— C’est vrai ?
— Et tu t’es cogné la tête en tombant, a ajouté Shane avec un sourire compatissant.

Aucun organe vital n'a été en danger, donc. Après quelques dolipranes l'action peut reprendre :

Citer
Jordan s’est laissé tomber sur le canapé en face de moi.
— Comment tu te sens ?
— Bien.
— Tant mieux.
— Ouais.
Je n’étais pas d’humeur à discuter avec lui. Il s’était comporté comme un salaud la veille. Shane et lui avaient été odieux avec Melissa. Ce qui me rappelait qu’elle devait me détester.

Citer
Jordan s’est laissé tomber sur le canapé en face de moi.
— Comment tu te sens ?
— Bien.
— Tant mieux.
— Ouais.
Je n’étais pas d’humeur à discuter avec lui. Il s’était comporté comme un salaud la veille. Shane et lui avaient été odieux avec Melissa. Ce qui me rappelait qu’elle devait me détester.

Par contre, les remercier parce qu'ils t'ont ramassée au milieu de la rue, ou dégagé le mec qui t'emmerdait à la soirée, ça...

Julie reprend sa loupe de détective pour demander des détails sur la relation entre Laura et Jordan

Citer
— Qu’est-ce qui s’est passé entre vous deux, cette nuit-là ?
Il fallait que je lui demande. D’abord parce que je mourais d’envie de le savoir et ensuite parce qu’il fallait vraiment que j’accomplisse les objectifs de ma liste.
— Vous avez… ?
Jordan a fait des yeux comme des soucoupes en comprenant le sous-entendu.
— Bien sûr que non !
— Ouf !
J’ai poussé un soupir de soulagement. Lau était toujours vierge.

Funfact, tout le monde sera toujours vierge à la fin du roman; parce qu'on est quand même dans une fiction morale, à la Twilight, si pas avant le mariage, pas avant 18 ans. Et là, je ne déconne pas, ça sera vraiment un des points du scénario plus tard.

Citer
— Elle avait beaucoup trop bu. Je ne profiterais jamais d’une fille saoule. Je suis peut-être parfois un salaud…
J’ai haussé les sourcils.
— Bon, d’accord, la plupart du temps, mais je ne tomberais jamais aussi bas. En plus, elle…
Il s’est interrompu d’un coup, comme s’il allait dire quelque chose qu’il devait garder pour lui.
— Elle quoi ?
— Laisse tomber.

N'est-ce pas mignon tous ces tombeurs au coeur de pierre qui fondent pour la première nénétte venue parce que le scénario le demande ?

Citer
Nous avons entendu des pas et Shane nous a rejoints. Il s’est laissé tomber en arrière sur le canapé où j’étais assise. Sa tête s’est retrouvée sur mes genoux. Il m’a décoché un sourire innocent. Ses cheveux étaient humides, il sentait le shampoing au miel et le savon.

Est-ce que vous croyez qu'au quotidien, Shane est incapable de parler avec quelqu'un sans violer leur espace personnel ? Ses oraux du bac doivent être assez graphiques.

Citer
Nous avons passé le reste de la matinée à discuter et à commenter la fête. J’ai à peine adressé la parole à Shane, mais je n’avais aucun problème avec Jordan. Il avait un don pour raconter des anecdotes drôles et des blagues. J’avais mal au ventre à force de rire. Même s’ils avaient été crapuleux la veille, je m’en voulais de les avoir jugés sans les connaître. Ils n’étaient pas aussi odieux qu’ils voulaient le laisser croire. J’avais l’impression de découvrir leur vraie personnalité.

En fait non. Ca reste des persos de wattpadlove sans aucune autre personnalité que le "gros dur au coeur tendre". Faut quand même pas déconner, vous vous croyiez où, dans Bojack Horseman ?

Citer
Est-ce que ma mère avait raison ? L’attitude de gros dragueur n’était-elle qu’un masque ? Ça paraissait logique. Ce n’était sans doute qu’un bouclier pour se protéger du monde.

Oui. Shane mate les filles en train de se changer dans leur chambre pour se protéger du monde.

Citer
Quand on séduit tout ce qui passe, on ne s’attache pas et, ainsi, on n’est jamais blessé. Bah, je réfléchissais trop.

Ca sera bien la première fois.

Citer
Shane s’est endormi sur mes genoux. Oui, je sais : il avait réussi à reprendre sa place, je ne savais pas trop comment. Au troisième bâillement, Jordan a annoncé qu’il allait faire une sieste. J’ai soupiré en me rendant compte que je ne pouvais pas bouger. Shane ronflait. J’ai tendu la main vers mon téléphone et j’ai souri en constatant qu’il était chargé à fond.

Je me demande si un jour l'auteur sera capable d'écrire une scène qui ne joue pas au tic-tac entre Shane et Evan; Evan et Shane.

Citer
Je l’ai rallumé. J’avais reçu plusieurs notifications de Wattpad. J’ai fait défiler les messages en cherchant mon pseudo préféré.

Pourquoi elle tape @RealDonaldTrump sur wattpad cette cruche ?

Citer
Yes ! « Poète_sombre001 vous a envoyé un message. »
J’ai cliqué dessus pour l’ouvrir : « Je t’ai vue par hasard. » Je me suis empressée de taper ma réponse.
@Poète_sombre001. T’es là ?
@JulieRocks. Oui.
Moi. Alors, c’est quoi, cette histoire ?

"Je stalkais une autre fille dans la rue et je t'ai vue en même temps, ah c'est fou comme le monde est petit quand même."

Citer
J’en avais marre qu’il se montre aussi secret, qu’il me cache des choses. Je pensais tout le temps à lui ; son prénom était la première chose qui me venait à l’esprit quand je me réveillais. Ce n’était pas bon signe…

Moi quand je me lève, le premier truc qui me vient à l'esprit, c'est que j'ai faim et qu'il faut que je passe aux toilettes. Mais je ne juge pas, hein.

Citer
Lui. Je t’ai dit que je vivais à des kilomètres de chez toi.
Moi. C’est des conneries ! Comment tu peux dire ça si tu m’as vue hier soir ?
Lui. C’était un bête hasard. Crois-moi, je n’avais pas l’intention de te voir.

Y pirate peut-être des caméras de sécurité publique pour s'occuper le soir.

Citer
Lui. Julie, je ne suis pas un mec bien. Il ne faut pas que tu t’intéresses à moi.

JE SUIS SOMBRE ET TORTURE

Citer
Moi. Tu vis ici, c’est ça ? Tu habites la même ville que moi et tu ne m’as rien dit.
Lui. Je ne peux pas te répondre, Julie. Je suis désolé.
Moi. Pourquoi ?
Lui. Je ne peux pas, c’est tout.
Moi. Tu es prêt à me perdre plutôt que de me dire où tu vis ?
Lui. Oui.

Notez le génie d'Evan. "Je t'ai vue de mes yeux hier soir"; mais il refuse de confirmer le fait qu'il vit dans la même ville que Julie. Alors que bien sûr, vous vous doutez bien que vu le niveau de la fic, c'est le cas. C'aurait été trop compliqué pour l'autoteuse de mettre un obstacle réel entre ses deux tourtereaux. Genre même 50km. 

Citer
Sa réponse m’a fait très mal. Les larmes me sont montées aux yeux, mais je me suis retenue de pleurer.
Moi. Waouh… je vois à quel point tu tiens à moi.
Lui. Je n’ai jamais dit que je tenais à toi.

Dixit le mec qui a tapé un peu plus tôt "je t'aime bien" et qui l'appelle tous les deux jours.

Citer
Sa remarque m’a carrément fait l’effet d’un coup de poignard en plein cœur.

Poignarder dans le dos, en plein coeur la poitrine d'une femme à genoux, ça se fait pas Evan.

Citer
Une larme a roulé le long de ma joue. Pourquoi est-ce que ça me faisait aussi mal ? J’ai rangé mon téléphone et j’ai fermé les paupières.

Ca c'est la remontée de tartiflette de 11h.

Citer
Ma lèvre tremblait et mon visage était inondé de larmes. Tout à coup, j’ai senti une main douce et chaude se poser sur ma joue. J’ai ouvert les yeux lentement, ma vue était floue, mais je distinguais tout de même le magnifique visage de l’Antéchips. Shane était assis, je n’avais même pas remarqué quand il avait retiré sa tête de mes genoux. Il m’a fixée droit dans les yeux et a essuyé quelques-unes de mes larmes. Nous n’avons rien dit. Nous nous sommes simplement regardés, puis il m’a attirée vers lui et m’a serrée très fort.
Je ne m’attendais pas à ce que ses bras soient si chauds.
Je ne m’attendais pas à ce que Shane Mason me serre contre lui, mais le plus inattendu c’était… que ce soit aussi agréable.

Ca sera sans commentaire que je vous laisse avec l'image extrêmement troublante d'un pervers qui fait un câlin à notre héroïne; qui aime ça; doublé de la blague traditionnelle sur les chips.

A demain pour le chapitre 17 !

Décidément les fanfics de Code 44 sont ma came, Tehem

Hors ligne Corti

  • Membres d'honneur
  • Prix Femina
  • ******
  • Messages: 1148
  • Popularité: +34/-17
  • Sexe: Homme
    • http://puceau.corti.overblog.com
Re : Fanfics et nanardise
« Réponse #2327 le: 11 septembre 2017 à 10:21:40 »
Citer
Funfact, tout le monde sera toujours vierge à la fin du roman; parce qu'on est quand même dans une fiction morale, à la Twilight, si pas avant le mariage, pas avant 18 ans. Et là, je ne déconne pas, ça sera vraiment un des points du scénario plus tard.

Même les mecs ? :o

Purée, je ne vais pas pouvoir traîner sur le net pendant 3 semaines, je vais en avoir des choses à rattraper en revenant ! Et je ne pourrais pas commenter entre les chapitres. Tristesse...

Hors ligne OldGirlNoraArlani

  • Knower of nothing
  • Correcteurs
  • Prix des lecteurs
  • ********
  • Messages: 1009
  • Popularité: +48/-35
  • Sexe: Femme
  • You know nothing, Jon Snow
    • http://alorrai.wix.com/noraarlani
Re : Fanfics et nanardise
« Réponse #2328 le: 11 septembre 2017 à 10:51:25 »
Heu j'ai une question con(ne).
En quelle langue c'est rédigé au départ ? Anglais ? Parce que... l'Antéchips !!!!
Est-ce qu'elle ne dirait pas Anticrisps en fait ?
OldGirl
The road so far... Carry on my wayward sons, there'll be peace when you are done. Lay your weary heads to rest, don't you cry no more.
Saison 12 verrouillée et enclenchée.

Hors ligne Code 44

  • Pen is my gun and ink is my bullets
  • Membres d'honneur
  • Prix Renaudot
  • *******
  • Messages: 3063
  • Popularité: +78/-43
  • Sexe: Homme
  • There's a bullet for everyone.
Re : Fanfics et nanardise
« Réponse #2329 le: 11 septembre 2017 à 12:20:05 »
En VO c'est "Antichips".
Décidément les fanfics de Code 44 sont ma came, Tehem

Hors ligne Code 44

  • Pen is my gun and ink is my bullets
  • Membres d'honneur
  • Prix Renaudot
  • *******
  • Messages: 3063
  • Popularité: +78/-43
  • Sexe: Homme
  • There's a bullet for everyone.
Re : Fanfics et nanardise
« Réponse #2330 le: 12 septembre 2017 à 05:33:49 »
Chapitre XVII

Citer
Trois semaines plus tôt, si vous m’aviez dit que je pleurerais un jour sur l’épaule de Shane, je vous aurais ri au nez. Je vous aurais traité de fou. Bref, je n’ai aucun talent pour prédire l’avenir, puisque c’est exactement ce que j’avais fini par faire.

Julie ne sait donc pas prédire l'avenir, ne sait pas marcher sans se gaufrer, ne sait pas écrire des bonnes histoires. Notre héroïne est-elle bonne à quelque chose, hormis donner son numéro de fixe à un inconnu sur le Net ?

Citer
Le plus choquant, c’est que je n’avais pas du tout l’habitude de pleurer en public. Même pas devant Jason ou Laura. Et je me retrouvais là à sangloter comme un bébé dans les bras du salaud le plus populaire du lycée.
Eh oui, la vie est vraiment imprévisible.

Pas si imprévisible que ça, je savais très bien que Wattpadlove ça allait être nul.

Citer
Pourquoi est-ce que je pleurais, d’ailleurs ? Ces larmes m’ont fait comprendre combien je tenais à Evan. Je sais que ça semble délirant, parce que je ne l’avais même pas vu en vrai, mais je n’y pouvais rien. J’étais attachée à lui. J’avais pris l’habitude de découvrir ses messages le matin, j’aimais ses taquineries et ses réponses arrogantes. Nous étions très semblables, tout en étant complètement différents. Evan en savait plus sur moi que ma meilleure amie. Je lui faisais une totale confiance… Mais pourquoi ? C’était la question que je me posais.

Et nous donc.

Citer
Je n’ai jamais dit que je tenais à toi.
Ces mots étaient comme de l’huile jetée sur le feu qui brûlait à la place de mon cœur. Je revoyais son beau visage sur l’écran. J’adorais son sourire, ses fossettes. J’étais intriguée par ses yeux sombres qui semblaient d’une profondeur infinie et cachaient tant de mystère. Sa voix si sexy résonnait encore dans mes oreilles. J’avais l’impression qu’Evan jouait avec moi : il se montrait si doux et attentionné parfois, puis il affirmait soudain que je ne comptais pas pour lui. C’était super contradictoire. Et si tout ça n’était qu’un jeu pour lui ?



Evan, se préparant à jouer (vision de Julie)

Citer
Je me suis écartée de Shane en reniflant et je me suis essuyé les yeux. Mon regard a croisé le sien et j’ai rougi.
— Désolée, je…
Il a posé son index sur mes lèvres pour me faire taire.
— Ne dis rien.
Puis il m’a souri. Un vrai sourire. Je l’avais déjà vu sourire d’un air moqueur, mais jamais de cette façon.
— Merci.
Il a hoché la tête et s’est levé du canapé.
— Celui qui t’a fait pleurer n’en vaut pas la peine, a-t-il conclu en me regardant droit dans les yeux.
Je n’ai pas su quoi ajouter et lui non plus. Il a disparu dans l’escalier qui menait à l’étage.

Hélas, il reviendra.

Citer
Il savait que je ne voulais pas en parler, j’appréciais son tact.
On a frappé à la porte. Comme ni Shane ni Jordan n’ont réagi, j’ai fini par y aller en tentant de m’arranger un peu. Mes efforts étaient inutiles : je devais avoir le nez comme une patate et les yeux gonflés. Je devais ressembler à une héroïne de soap opera. Non, la comparaison n’était pas bonne, mais je ne suis pas douée pour ça (au cas où vous ne l’aviez pas remarqué).

Au cas où vous auriez oublié que l'héroïne est censée être attachante parce qu'on nous martèle qu'elle est bourrée de défauts.

Citer
J’ai ouvert le battant et le soleil m’a éblouie. J’ai levé la main pour me protéger les yeux. Après cette réaction digne d’un vampire, j’ai enfin vu qui se tenait devant moi.

Si seulement ça avait été Van Helsing, la fic serait peut-être devenue intéréssante.

Citer
— Laura ?
J’étais abasourdie.
Elle m’examinait de la tête aux pieds, furieuse. Elle a serré les poings et je me suis souvenue que je portais des vêtements de Jordan. Oh, c’est complètement chelou.
— Ce n’est pas ce que tu crois.
Quel cliché, j’en suis bien consciente. Mais qu’est-ce qu’on peut dire dans ce genre de situation ?
— J’y crois pas.
Laura avait l’air profondément blessée.
— Melissa avait raison, a-t-elle ajouté en reculant.
— Melissa ?
Quel rapport ?
— Lau, écoute…
— La ferme ! m’a-t-elle ordonné d’une voix brisée. Comment as-tu pu ? Tu sais qu’il me plaît !
— Lau, je ne sais pas ce que tu t’imagines, mais tu te trompes.
— Ah oui ?
Une larme a coulé le long de sa joue. Elle l’a essuyée d’un geste furibond.
— Je savais que tu me cachais quelque chose !
Je ne pouvais pas le nier : je ne lui avais jamais parlé d’Evan. Mais ce n’était évidemment pas à ça qu’elle faisait allusion.
— Ne m’adresse plus jamais la parole ! m’a-t-elle lancé en serrant les dents.

Un quiproquo nul. On avait bien besoin de ça pour faire avancer l'intrigue.  =_=

Citer
Quelqu’un m’a appelée de loin. J’ai tourné la tête. C’était Jason, penché à la vitre de sa voiture.
— Monte tout de suite ! m’a-t-il implorée d’un ton désespéré.
— J’peux pas ! Faut que je parle à Laura, ai-je ahané.
Je n’étais vraiment pas en bonne forme physique.
— Monte ! C’est une urgence.
Comme je le regardais d’un air méfiant, il a précisé : — De type Z.
C’était sa faute : chaque fois qu’il parlait d’urgence, désormais, j’étais persuadée qu’il était juste à court de préservatifs. J’ai fait le tour de son véhicule et j’ai sauté sur le siège passager. Jason a démarré sur les chapeaux de roues dès que j’ai attaché ma ceinture.
— Qu’est-ce qui se passe ? Je te jure que si c’est encore une histoire de protection…
— Mais non ! Pourquoi est-ce que tu t’imagines ça ?
— Bon, ben c’est quoi le problème alors ? Si je me souviens bien, Z, c’est le code pour une apocalypse zombie, lui ai-je rappelé avec un petit rire.
D’accord, nos codes d’urgence n’étaient pas super réalistes.
— Ah bon ? Je croyais que c’était Z +.
— Non, ça c’est pour une apocalypse zombie plus tu t’es fait mordre.
— Non, non… Ça c’était Z + 0, a affirmé Jason.
J’ai levé les yeux au ciel.
— Z + 0, c’est pour une invasion extraterrestre.
— Pas du tout ! C’est X +.
— C’est bon, c’est bon. On en rediscutera plus tard, ai-je tranché, exaspérée. Dis-moi ce qui se passe.

Sérieusement je suis gêné à chaque tentative de blague de ce roman.

Citer
— Consulte ton p****n d’iPhone ! s’est énervé Jason.
J’ai obéi. J’avais quinze appels en absence et quatre textos. Ils venaient tous de ma mère.
— Oh oh.
J’ai lu mes messages. Elle était vraiment en rogne.
— Elle te cherche. T’as de la chance que je t’aie trouvée avant elle.

Et on profite bien d'une des rares scènes (la seule ?) où la maman de Julie se comporte comme une vraie mère.

Citer
J’ai commencé à paniquer.
— Où est-elle ?
— En ville. Je te ramène chez toi et on l’appellera pour lui expliquer que tu étais sortie acheter des pêches.
Mon cœur s’est serré en entendant cette excuse idiote.
Pêches.
Miss Pêche.
Est-ce que tout allait me faire penser à Evan jusqu’à la fin de mes jours ?

Parce qu'embrayer sur Julie qui pense à Evan dès qu'elle voit une chaussure, c'est quand même plus tragique.

Citer
Dès que nous sommes arrivés à la maison, j’ai couru à l’étage enfiler un short et un tee-shirt. J’ai téléphoné à ma mère, qui était effectivement furibonde. Je l’ai attendue dans le salon pendant que Jason rangeait dans le frigo les pêches qu’il avait apportées.
Quand ma mère est arrivée, elle m’a fait la leçon : je devais toujours décrocher quand elle voulait me joindre, etc., etc. Une fois son discours achevé, elle est allée se coucher. Elle devait être très fatiguée.

Vous aussi vous aimez comment l'autoteuse zappe les seuls dialogues qui pourraient être un tout petit peu intéressants ? Ou à quel point l'excuse du "lol je suis sortie acheter des fruits" se marie super bien avec le fait qu'elle ait découché ? On m'objectera que sa mère bosse de nuit; et qu'elle ne savait pas que sa fille était partie s'enjailler en soirée, certes. Mais l'excuse des pèches me laisse par terre tellement c'est nul.

Citer
Jason et moi sommes montés dans ma chambre. Je me suis assise en tailleur sur mon lit ; Jason s’est appuyé contre le chambranle.
— Bon, maintenant, j’exige une explication, a-t-il décrété.
— De quoi tu parles ?
— Tu n’as pas dormi chez toi. Je t’ai trouvée en train de courir comme une dératée dans la rue, tu portais les fringues d’un mec et tu avais les yeux tout gonflés, ce qui veut dire que tu avais pleuré, a résumé Jason, les bras croisés.


Jason, ce Sherlock des Temps Modernes.

Citer
— J’ai rencontré un mec… sur Internet.
— Et ?
— On s’est mis à discuter tous les jours. Je lui ai tout raconté sur moi. On est devenus amis.
— Continue.
— Je lui ai donné le numéro du fixe, à la maison.
— Quoi ?
Jason s’est levé d’un bond.
— Pourquoi t’as fait ça ? Avec un inconnu ?
— Désolée, je n’ai pas réfléchi. Je lui faisais confiance.

Ce chapitre est bizarre, voilà que des personnages réagissent comme des humains.

Citer
— Sur quelle base ? Tu l’as rencontré sur le Web, tu ne l’as jamais vu.
— Si, je l’ai vu.
Jason s’est calmé.
— Je l’ai vu sur Skype.
— Et ?
— Le truc, c’est que…
Je me suis interrompue, un peu nerveuse.
— Il me plaît. Non, je suis dingue de lui, ai-je précisé en détournant le regard.
— Tu es amoureuse d’un gars que tu n’as jamais vu en vrai ?
Jason avait l’air choqué.
— C’est…
— … bizarre, je sais. Je suis détraquée.
— Non, non, Julie, ce n’est pas ce que je voulais dire. C’est juste que… c’est pas fréquent.
Il s’est rassis près de moi.
— Je sais que c’est chelou, tu n’es pas obligé de me mentir.
— Je ne mens pas. C’est pas parce que ça n’arrive pas souvent que c’est mal.
Il a pris mon visage dans sa main.
— Ne te tracasse pas de ce que pensent les autres, Julie. Il ne faut pas avoir peur d’être différente, c’est ça qui te rend unique.
Il m’a caressé la joue.
— Peu importe. Il ne partage pas mes sentiments. Il me l’a fait comprendre très clairement, hier.
— C’est pour ça que tu as pleuré ?
J’ai confirmé d’un signe de tête.
— Et tu vas le laisser filer sans rien faire ?
— Je n’ai pas le choix.
— Bien sûr que si. Tu crois sincèrement qu’il ne ressent rien pour toi ?
— Non, je n’en sais rien. Je ne suis pas sûre.
— Alors, n’abandonne pas.
Il m’a embrassée sur la joue et m’a serrée contre lui.
— Tout va s’arranger, Julie, je te le promets.

Ah ouf, c'est fini. Y m'ont fait peur ces cons.

Citer
Suivre les conseils de Jason était plus difficile que je ne l’avais imaginé. Je m’étais mise à harceler Evan.

Meilleure. Héroïne. Du monde.

Citer
J’avais tenté de discuter avec lui plusieurs fois sans obtenir de réponse. J’avais posté des trucs sur son mur Wattpad et je lui avais envoyé des messages privés, sans plus de résultat. Il était clair qu’Evan m’évitait. Nous étions déjà mardi et je n’avais pas eu de ses nouvelles depuis le samedi précédent.
Quant à Laura, elle ne répondait pas au téléphone et je ne l’avais pas vue de toute la semaine. Je n’avais pas mis les pieds au lycée à cause d’un gros refroidissement attrapé suite à la super soirée de vendredi.
J’étais allongée sur le canapé, enveloppée dans des couvertures. J’avais le nez rouge et encombré. Mon portable reposait sur mon ventre. J’étais en train de faire défiler le profil d’Evan. C’était devenu une habitude, maintenant que je n’avais rien d’autre à faire. Mon cœur s’est serré quand j’ai découvert qu’il venait de répondre à une fille sur son mur alors qu’il ignorait toujours mes messages. Ils ont commencé à flirter sans gêne sous mes yeux. Puis la fille a fait un commentaire sur moi : Elle. C’est qui cette nana qui n’arrête pas de te poster des messages ?
Evan. Aucune idée.
Elle. C’est du harcèlement, non ?
Evan. Hum, oui.
Mon visage est devenu rouge de colère. J’ai ouvert ma messagerie privée et je me suis mise à taper à toute vitesse.

CYKA BLYAT.

Citer
@Poète_sombre001. T’es vraiment un lâche ! Je sais que tu m’évites parce que tu es incapable de gérer tes sentiments pour moi. Je croyais qu’on était amis. Je pensais que tu aurais la décence de ne pas te moquer de moi comme ça en public. Je ne te harcèle pas. Je suis ton amie. Sans doute la seule que tu aies, après ce qui est arrivé à tes parents. Arrête de te comporter comme un lâche et parle-moi, Evan, s’il te plaît !

Bon. A la place d'Evan, à la place de n'importe quel humain on est d'accord que la meuf reloue là, tu la bloques et tu vis ta vie ?

Citer
Le téléphone de la maison a sonné. Ça ne m’a pas étonnée : ma mère m’appelait toutes les cinq minutes pour voir comment j’allais. C’était un peu trop… Je n’allais pas mourir d’un bête refroidissement. Quoique, avec ma chance, on n’était jamais sûr de rien.
Je me suis levée pour répondre.
— Allô ? ai-je dit d’une voix nasillarde.
— Salut.
Mon cœur a bondi dans ma poitrine.
— Evan ?
— Oui.

BAH PAS DANS WATTPADLOVE

Citer
Sa voix sexy m’a fait frissonner comme chaque fois. J’ai dû m’appuyer au canapé pour ne pas tomber.

Le rhume y est p'tet pour quelque chose, cocotte.

Citer
— Sa… salut, ai-je bégayé.
— Je ne suis pas un lâche. Qu’est-ce que tu veux exactement ?

Elle désire ton pénis, jeune Evan, car vous êtes dans un roman nul qui ne va pas au delà de ça.

Citer
— Je veux te voir, ai-je lâché tout à coup.
— Pourquoi ?
Il semblait curieux.
— Je te propose un marché, ai-je commencé.
Mes doigts entortillaient nerveusement le fil du téléphone.
— Si on se rencontre, je te promets de te laisser tranquille après.

Le truc qui pue encore plus l'arnaque qu'un article RT par Christine Boutin  :D

Citer
— Bon, d’accord.
Un sourire s’est dessiné sur mes lèvres.
— Retrouve-moi au parc Dawson ce soir à 18 heures. Je serai près du lac.
— OK.
— Et n’oublie pas ta promesse !
— Non, non.
— Bon, à tout à l’heure, alors, douce Julie.

Et il dit oui. Je suis au sol.  :laugh:


Julie sera t-elle attaquée dans le parc par un arbre ? Evan est-il beau en vrai ou bien utilisait-il un filtre instagram ? Julie est-elle complètement débile d'accepter une rencontre le soir, à la tombée de la nuit dans un lieu isolé ? (oui). Lui arrivera t-il quelque chose ? (non.)

Vous saurez tout cela demain, dans le chapitre 18 de wattpadlove !
Décidément les fanfics de Code 44 sont ma came, Tehem

Hors ligne Code 44

  • Pen is my gun and ink is my bullets
  • Membres d'honneur
  • Prix Renaudot
  • *******
  • Messages: 3063
  • Popularité: +78/-43
  • Sexe: Homme
  • There's a bullet for everyone.
Re : Fanfics et nanardise
« Réponse #2331 le: 13 septembre 2017 à 06:17:44 »
Chapitre XVIII

Citer
Je n’étais pas prête.

Nous si. 18 chapitres où y se passe rien, on s'ennuie.

Citer
Je n’étais pas prête à rencontrer Evan. Je le savais, mais faire demi-tour aurait été pire encore. J’ai fourré mes mains moites dans mes poches et je me suis forcée à traverser le parc Dawson. Mon pouls était irrégulier, je l’entendais dans mes oreilles. Une goutte de sueur froide a coulé sur mon front. Je me suis empressée de l’essuyer.

Vous avez remarqué que dans cette fic, comme dans toute oeuvre de qualité, il n'y jamais qu'une seule goutte de sueur, ou une seule larme ? C'est l'effet ciné, ça fait plus esthétique.

Citer
J’espérais ne pas lui faire peur. Je n’étais pas canon, j’en étais bien consciente. Je n’étais même pas jolie. J’aurais parfaitement compris qu’il prenne ses jambes à son cou en me voyant.

Moi, c'est ce que j'aurais fait. Pas parce que tu es laide, mais parce que tu es bête Julie.

Citer
Le soleil couchant donnait à la surface du lac des reflets orangés.

Ces déchirantes descriptions, saisissantes de réalisme.

Citer
Je me suis arrêtée sur la rive. Après quelques secondes d’hésitation, j’ai relevé la tête et j’ai scruté les environs. Quelques couples étaient assis au bord de l’eau. Je me suis figée en repérant une silhouette masculine de l’autre côté.
Evan…

Comment je crie au génie si elle a juste flashé sur un mec random qui nourrit les canards.

Citer
Mon cœur a bondi dans ma poitrine. Il était là. Evan était vraiment là, adossé contre un arbre. Il portait un jean foncé usé et un sweat noir à capuche. Il avait les mains dans les poches. J’ai dégluti avec difficulté. Ses yeux d’un noir profond ont croisé les miens et la Terre s’est arrêtée de tourner. Son regard était d’une intensité incroyable. Il semblait contenir une infinité de mystères et d’histoires secrètes. J’avais l’impression qu’il lisait en moi, que ses yeux transperçaient mon âme, même à plusieurs mètres de distance. J’ai esquissé un sourire nerveux. Il ne m’a pas lâchée des yeux. Son beau visage était impassible.

C'est au cas où vous auriez oublié qu'il est SOMBRE et TORTURE. Parce qu'il a un regard noir, et il s'habille en noir aussi. Il est profond comme mec.

Citer
Et soudain il n’était plus qu’à un mètre à peine. Il était très grand… plus grand que Shane encore, j’avais l’impression.

Je veux une fic où l'héroïne tombe amoureuse d'un nain.

Citer
Jamais je ne m’étais sentie aussi mal à l’aise. Je portais un jean moulant (inhabituel, hein ? Je sais) et un tee-shirt bleu sans manches tout simple. Mes cheveux encadraient mon visage et bouclaient dans le bas. Ce n’était pas mon look de tous les jours, mais ça me faisait du bien, de temps en temps, de me sentir présentable. Laura m’avait filé un coup de main pour la préparation. Nous nous étions réconciliées plus tôt dans l’après-midi et j’avais enfin décidé de tout lui révéler à propos d’Evan.

Ah bah tiens, là tu t'es faite jolie. Comme quoi, suffisait d'un mec chelou qui te fixe rendez-vous la nuit dans un parc pour que tu te coiffes.



Une pensée pour Laura qui patiente dans ce chapitre en écoutant les Grosses Têtes sur RTL.

Citer
Mais revenons à l’essentiel : je regardais Evan, le poète sombre, se diriger vers moi.

Ah oui, si vous vous posez la question, on saura JAMAIS à qui elle parle. J'imagine que c'est vaguement censé être méta et qu'on lit techniquement son histoire sur wattpad, sauf que non, comme on le verra plus tard, même ça c'est loupé.

Citer
Il s’est arrêté en face de moi, pas trop près tout de même. J’avais la gorge sèche. Ses yeux d’encre semblaient me dévorer, lentement mais sûrement. Ses cheveux d’un noir de jais étaient en bataille, ils retombaient sur son front et ses oreilles. Ses lèvres épaisses ont formé un sourire et d’adorables fossettes ont fait leur apparition sur ses joues. Mon Dieu, qu’il était mignon…

Evan est beau, il est sombre, il est profond. J'ai plus l'impression de lire la description d'un pot de vernis à Bricomarché qu'un personnage, mais j'imagine qu'on pouvait pas en demander plus à l'auteur.

Citer
— Salut, m’a-t-il lancé, mettant fin au silence.
J’ai senti mes genoux faiblir en entendant sa voix incroyablement sexy. En vrai, il m’intimidait.

Va lui falloir une chaise roulante à Julie à force de faiblir à chaque fois qu'il lui dit bonjour.

Citer
J’avais l’impression d’être une souris minuscule face à un énorme tigre. J’ai soudain pris conscience de la différence d’âge qui nous séparait.

Deux ans. Vous n'avez que deux ans de différence, arrête de faire ta Brigitte Macron.

Citer
Evan avait l’air plus mature que tous les autres garçons que je connaissais, même s’ils n’étaient pas très nombreux. On voyait qu’il avait traversé des épreuves, qu’il avait une certaine expérience de la vie.

Evan est tellement adulte qu'une fois, il n'a pas pris de popcorn au ciné devant Transformers. Et ouais, les mecs matures c'est comme ça, rien à foutre, des oufs.

Citer
Et pourtant son visage conservait quelque chose d’enfantin qui lui donnait un charme incroyable.

Arrête aussi de faire ta Emile Louis.

Citer
— Sa… salut.
Génial, je me remettais à bégayer.
La tension était palpable.
— Je suis là, a-t-il déclaré en inclinant la tête sur le côté.
— Je vois ça, ai-je répliqué, les yeux rivés sur la pelouse.
Relève la tête, imbécile !
— Julie ?
Un frisson m’a parcouru l’échine quand il a prononcé mon nom.
— Oui ?
Je me suis mordillé la lèvre. Il fallait que je le regarde, mais je m’en sentais incapable.
— Ça va ? Tu as l’air un peu pâlotte.
Il semblait à la fois soucieux et amusé.
— Ça va très bien.

La puissance de ces dialogues. Je vous jure que c'est douloureux tellement c'est plat. Genre à côté, Jane Birkin a de la poitrine.

Citer
Il m’a soulevé le menton pour m’obliger à le regarder. Son contact m’a fait comme une décharge électrique.

Ah bah de la violation de l'espace privé, Evan le fait donc aussi, très bien.

Citer
— Je ne suis pas venu pour que tu admires le gazon, a-t-il blagué en écartant sa main.

ET SI ELLE AIME BIEN L'HERBE SALAUD DE GAZONOPHOBE ?

Citer
Il s’est assis par terre. Je l’ai regardé faire sans bouger.
— Viens près de moi. Je ne mords pas, m’a-t-il assuré en tapotant l’herbe à côté de lui.
Il voulait se montrer gentil ? Je me suis assise lentement, en laissant de l’espace entre nous. Nous sommes restés un moment à observer le coucher de soleil sans rien dire. C’était un endroit très tranquille. J’avais du mal à croire qu’Evan soit vraiment là. Je l’ai regardé du coin de l’œil. Il était concentré sur le panorama. Qu’il était beau ! Je me suis vite détournée : inutile qu’il me voie baver sur lui.

Faudrait faire un concours de tautologie entre Stéphanie Meyer et Ariana Godoy. Laquelle a le héros le plus beau ?

Citer
— Tu as prétendu que nous étions à des kilomètres l’un de l’autre.
— Nous sommes à des kilomètres l’un de l’autre. Je n’ai simplement pas précisé combien.

"En fait, je vivais dans ta cave depuis le début."

Citer
J’aurais dû être furieuse contre lui, mais c’était impossible. Même s’il avait été odieux avec moi ces derniers jours, tout était oublié depuis que j’étais près de lui. Et il était charmant en ce moment. Il était peut-être bipolaire ou un truc du genre ?
— T’es vraiment pas prudente, tu sais.
— Pourquoi ?
— Retrouver un inconnu dans un parc, c’est pas l’idée du siècle.
— Tu n’es pas un inconnu.
— Pour toi, si, Julie.
Il allait falloir que mon ventre cesse de faire des pirouettes chaque fois qu’il prononçait mon nom.
— Tu n’es pas un inconnu, ai-je répété. Je sais plein de choses sur toi.
— Et qu’est-ce qui te fait croire que je ne suis pas un sale type ? Je pourrais très bien être un assassin, un violeur ou un voleur…
— Tu n’es rien de tout ça.
— Qu’est-ce que tu en sais ?
— Je le sais, c’est tout. Je te fais confiance.
Ses yeux se sont agrandis. Ma réponse l’avait pris au dépourvu. Il a eu l’air mal à l’aise et s’est mordillé la lèvre.
— Tu es trop innocente, a-t-il déclaré en reportant son regard sur le coucher de soleil. Tu ne devrais pas me faire confiance.

Je suis sûr qu'Evan c'est un filou et qu'un jour, il a volé des chewing-gums à Lidl. Depuis, il est maudit et indigne de confiance.

Citer
Sa voix semblait triste. J’ai eu envie de le serrer dans mes bras. Je ne sais pas comment, mais j’ai senti qu’il avait besoin de moi, et de réconfort.
— Evan… Je…
J’ai tendu la main vers son épaule.
Est-ce que je devais le toucher ?
Est-ce que je devais lui dire ce que je ressentais pour lui ?
Une chose était sûre : cette rencontre n’avait fait que renforcer mes sentiments. J’ai réalisé à quel point j’étais amoureuse.
J’ai posé la main sur son épaule et il s’est raidi. J’ai cru qu’il allait me repousser, mais il n’en a rien fait. Alors j’ai osé caresser doucement son visage. Il a fermé les paupières. Il avait la peau douce. Mes doigts sont descendus doucement vers sa mâchoire.

Arrêtez. De. Vous. Toucher.

Citer
Puis, soudain, il m’a attrapé le poignet.
— Arrête ! m’a-t-il ordonné en se tournant vers moi.
Il a plongé ses yeux dans les miens, puis m’a lâchée et a repoussé mon bras.
— Je voulais juste…
— Arrête, c’est tout, a-t-il décrété froidement.
J’ai baissé le regard, je me sentais rejetée.

Oui. Peut-être parce qu'entre gens civilisés on se tripote pas le nez dans les cinq minutes où l'on rencontre quelqu'un pour la première fois.

Citer
— Je ne suis pas habitué à… Laisse tomber. Je ferais mieux d’y aller.
Il s’est levé et je l’ai imité. J’étais triste qu’il parte. Ça ne m’avait pas suffi.
— Alors c’est tout ? ai-je conclu sans cacher ma déception.
Je devais incliner la nuque en arrière pour le regarder. Nous nous sommes fixés sans rien dire. C’était fini. Je devais déjà le laisser tranquille. Mon Dieu, ça allait être très dur.

Si seulement ça pouvait s'arrêter à ce chapitre là, meuf, t'imagines pas à quel point je serais heureux.

Citer
Evan a baissé les yeux vers ma bouche et ma respiration s’est accélérée. Embrasse-moi.
Ses lèvres étaient tellement attirantes. Il a fait un pas en arrière, brisant la magie de l’instant.

Evan a vu Hitch, expert en séduction plus d'une fois. Il a même le bluray à la maison.

Citer
Il a hoché la tête et a glissé une main dans sa poche pour en sortir une feuille pliée qu’il m’a tendue.
— Qu’est-ce que c’est ?

Si c'est le code pour que Lara Croft saute dans l'eau et se déshabille; je lui rachète direct.

Citer
Il a tourné les talons et s’est éloigné. Je suis restée là, en proie à la tristesse et à la confusion.
Est-ce que je devais le rattraper et lui avouer mes sentiments ?
Est-ce que je devais lire ce qu’il y avait sur ce mot ?
Est-ce que je devais courir vers lui et l’embrasser ?
J’ai décidé de céder au romantisme et de le rattraper pour l’embrasser. Qu’est-ce que j’avais à perdre ?
Ta dignité, m’a soufflé ma voix intérieure. Je l’ai ignorée et j’allais me lancer à sa poursuite quand j’ai éternué bruyamment.

On applaudit une des rares scènes drôles qui marchent de la fic.

Citer
C’est vrai, j’étais malade. Je ne pouvais pas l’embrasser dans un état pareil. Il serait sûrement dégoûté. Qui aurait envie d’attraper mes microbes ? Pas moi, si j’étais lui. Quelle idée idiote. Je ne pouvais pas coller mes lèvres contre les siennes. En plus, on venait tout juste de se rencontrer. Il me prendrait pour une folle. Je me suis avouée vaincue et je me suis traînée à contrecœur vers le parking.

Suivi d'une scène un minimum réaliste, c'est carrèment le grand chelem ce soir !

Citer
Je n’ai rien raconté pendant le trajet. Laura m’a bombardée de questions, mais je lui ai simplement répondu que je n’avais pas envie d’en parler. Elle a eu l’air de comprendre et n’a plus ouvert la bouche.

Bon par contre, les scènes ellipsées à 30000 km/h et les relations entre personnages qui ne sont pas Julie; Evan et Shane; ça on s'en fout.

Citer
J’ai couru droit dans ma chambre et j’ai claqué la porte derrière moi. J’ai balancé mes chaussures et j’ai sauté sur le lit pour m’asseoir en tailleur. J’ai déplié le papier d’Evan. Il était couvert de son écriture. C’était un poème.

Dieu fit le con, ogive énorme,
Pour les chrétiens,
Et le cul, plein-cintre difforme,
Pour les païens ;
Pour les sétons et les cautères,
Il fit les poix,
Et pour les pines solitaires,
Il fit les doigts
.

Toujours du Théophile Gautier

Citer
La jeune fille et le requin

Pour l'anecdote j'ai tellement ragé en lisant ce passage la première fois que je feuilletais wattpadlove que c'est ce qui m'a poussé à en faire la nanardalyse. Remerciez l'autoteuse de ce qui va suivre, si vous souffrez depuis 18 chapitres, c'est entièrement dû à ce qui vient :

Citer
Par une belle nuit, il y a longtemps de cela, Une fille et un requin s’affrontèrent Au cours d’un terrible combat.
 
Ils sont si différents et pourtant si semblables : Il se sait à la fois maudit et condamné ; Elle rayonne et brille, elle est si admirable.
 
Elle avance avec grâce dans l’obscurité, Ignorant le danger qui la guette, Sans prendre garde au requin embusqué.
 
Elle danse, elle déborde de joie, elle sourit Aux cœurs endoloris
Qu’elle choisit, qu’elle chérit.
 
Elle croit à l’âme sœur et à l’amour, Mais la réalité est cruelle :
La jeune fille les cherche, depuis toujours.
 
Le requin qui rôde a perdu son âme, Il en vient même à penser
Qu’elle peut combler ce trou infâme…
 
Dans sa poitrine, cet horrible trou béant Qui engloutit tout,
Y compris sa chair et son sang.
 
Les insultes l’ont endurci, les cicatrices l’ont meurtri, Et l’ont transformé en un monstre froid, Il n’est plus personne ici.
 
La jeune fille et le requin doivent rester séparés, Car l’animal refuse de blesser Ce cœur si doux, si précieux, si sacré.
Evan


Hormis que les requins n'ont rien fait, que tu serais bien urbain de ne pas les associer à toi, et que je considère ça comme une attaque squalophobe de la plus haute violence; on parle du fait à quel point son poème est nul ?

Citer
Une fois la lecture achevée, j’ai fixé la feuille, sous le choc. Pas besoin d’être un génie pour deviner que le requin c’était lui et que la jeune fille c’était moi. À la fin, il avait dessiné une petite fraise toute mignonne et avait écrit à côté : « Tu es belle. »

Ou non. Le plus nul c'est encore cette abrutie de Julie qui pense qu'on a pas compris la métaphore; et ce cruchau (vous connaissez le masculin de cruchasse, vous ?) qui dessine une fraise parce que "hihihi je t'appelle Miss Fraise, hihihi" ET COMMENT T'AURAIS FAIS SI TU L'AVAIS SURNOMMEE MISS CTHULHU TU LUI DESSINAIS UN POULPE CHAMPION ?



Encore 15 chapitres de cette mer...credi. Misère.


Décidément les fanfics de Code 44 sont ma came, Tehem

Hors ligne OldGirlNoraArlani

  • Knower of nothing
  • Correcteurs
  • Prix des lecteurs
  • ********
  • Messages: 1009
  • Popularité: +48/-35
  • Sexe: Femme
  • You know nothing, Jon Snow
    • http://alorrai.wix.com/noraarlani
Re : Fanfics et nanardise
« Réponse #2332 le: 13 septembre 2017 à 07:32:59 »
Citer
COMMENT T'AURAIS FAIS SI TU L'AVAIS SURNOMMÉE MISS CTHULHU, TU LUI DESSINAIS UN POULPE, CHAMPION ?

En tous cas, on aurait eu un titre... Poulpe fiction ?
(Ok je sors).

Mais je t'ai mis +1 pour te requinquer de tous ces efforts. :) Parce que 15 chapitres à venir...

OldGirl
The road so far... Carry on my wayward sons, there'll be peace when you are done. Lay your weary heads to rest, don't you cry no more.
Saison 12 verrouillée et enclenchée.

Hors ligne AuBe in Arcadia

  • Capitaine
  • Membres d'honneur
  • Prix des lecteurs
  • *****
  • Messages: 970
  • Popularité: +29/-2
  • Sexe: Femme
  • Et in Arcadia ego
    • inarcadia.free.fr
Re : Re : Fanfics et nanardise
« Réponse #2333 le: 13 septembre 2017 à 07:45:42 »
Cette histoire me donne envie d'égorger des chatons.

Je veux une fic où l'héroïne tombe amoureuse d'un nain.
Un fandom complet, ça te va ?  :P

"Un des gars des arrière-cuisines m'a appris que toutes les toilettes de l'étage tesseractique se sont changées en moutons hier. J'aimerais bien voir ça."
Allez les mages ! Pratchett


Hors ligne Code 44

  • Pen is my gun and ink is my bullets
  • Membres d'honneur
  • Prix Renaudot
  • *******
  • Messages: 3063
  • Popularité: +78/-43
  • Sexe: Homme
  • There's a bullet for everyone.
Re : Fanfics et nanardise
« Réponse #2334 le: 13 septembre 2017 à 08:41:41 »
Un fandom complet, ça te va ?  :P

Les fics NSFW où Legolas se tape Gimli, ça compte pas.
Décidément les fanfics de Code 44 sont ma came, Tehem

Hors ligne AuBe in Arcadia

  • Capitaine
  • Membres d'honneur
  • Prix des lecteurs
  • *****
  • Messages: 970
  • Popularité: +29/-2
  • Sexe: Femme
  • Et in Arcadia ego
    • inarcadia.free.fr
Re : Fanfics et nanardise
« Réponse #2335 le: 13 septembre 2017 à 09:03:59 »
Je ne sors jamais de mon fandom, Code. ^^
La rousse avec le gnome à lunettes. Et pas besoin de fic, c'est canon.
"Un des gars des arrière-cuisines m'a appris que toutes les toilettes de l'étage tesseractique se sont changées en moutons hier. J'aimerais bien voir ça."
Allez les mages ! Pratchett


Hors ligne Code 44

  • Pen is my gun and ink is my bullets
  • Membres d'honneur
  • Prix Renaudot
  • *******
  • Messages: 3063
  • Popularité: +78/-43
  • Sexe: Homme
  • There's a bullet for everyone.
Re : Fanfics et nanardise
« Réponse #2336 le: 14 septembre 2017 à 06:27:58 »
Chapitre XIX

Citer
Je remettais sérieusement en doute mon sens de la morale. Jamais je n’avais eu autant de mal à tenir une promesse, même quand ma mère m’avait fait jurer de ne plus jouer avec ses chaussures à l’âge de sept ans. Et, croyez-moi, ça avait été dur. J’étais assise sur mon lit, mon ordinateur sur les genoux, et je lisais un article de Wikipédia.
La morale (du latin moralis, « relatif aux mœurs ») désigne l’ensemble des règles ou préceptes, obligations ou interdictions relatifs à la conformation de l’action humaine aux mœurs et aux usages d’une société donnée. En s’intéressant à la question du bien et du mal, la morale se distingue de la logique (dont les valeurs sont le vrai et le faux), du droit (le juste et l’injuste), de l’art (le beau et le laid) et de l’économique (l’utile et l’inutile).
Le bien et le mal… la frontière entre les deux était si ténue. Je savais que trahir une promesse était mal, mais c’était si dur.

Le chapitre s'ouvre donc sur la meuf qui remet sa vie en question en glandant dans wikipédia. Perso la dernière fois que j'ai fait ça, j'ai terminé à 3h du mat' sur l'article de la Ligne D12 de la navette fluviale de Budapest, mais tu fais bien comme tu veux Julie.

Citer
Ça faisait deux jours que j’avais retrouvé Evan dans le parc. Deux journées interminables. J’étais à la maison, où j’essayais encore de me rétablir du refroidissement attrapé la semaine précédente. Je relisais le poème d’Evan en boucle. Comment pouvait-il s’attendre à ce que je l’oublie ainsi ? Il m’avait écrit un poème déchirant, puis il voulait que je tourne la page ?

"Poème déchirant". J'ai lu des textes plus poignants dans une classe de CP, mais je ne dirai rien.

Citer
Il me connaissait mal. Je n’étais pas le genre de fille à abandonner aussi facilement. Pourtant, je lui avais donné ma parole. Elle ne me semblait plus si précieuse, en ce moment.

Après tout, hein, briser une promesse, quoi de mieux pour débuter une relation amoureuse qui se base sur la confiance, ma vieille ?

Citer
J’ai refermé l’onglet Wikipédia en soupirant et je me suis retrouvée sur la page de Wattpad. J’avais reçu de nombreux messages privés, mais aucun d’Evan.

Ce que j'aime dans ce roman, c'est qu'il n'y a littéralement que deux utilisateurs de Wattpad, Julie & Evan. Personne d'autre ne mérite une ligne, un mot d'attention.

Citer
Incapable de me retenir plus longtemps, j’ai cliqué sur son profil. Je n’allais pas lui parler, j’allais juste vérifier son profil – ce n’était pas interdit, tout de même ? Dès que j’ai fait défiler son mur, j’ai compris que c’était une mauvaise idée. Il discutait encore avec la fille. Mon cœur a saigné en les voyant flirter.
Il ne devinait pas à quel point ça me faisait mal ?
S’il voulait la draguer, il ne pouvait pas le faire en privé ? On aurait dit qu’il voulait me mettre cette histoire sous le nez

La meuf le stalke...et râle qu'il ait une vie. J'aime tellement la vision du couple qu'ils ont dans toute cette littérature jeune adulte.

Citer
J’ai refermé l’ordinateur et je me suis laissée tomber en arrière sur mon lit. J’ai fixé le plafond en silence.
— Qu’est-ce que je dois faire ? me suis-je demandé à haute voix.

Regarder tout de suite la S4 de Bojack Horseman pour apprendre comment écrire des personnages et des relations humaines.

Citer
J’ai fermé les paupières en repensant à lui. Je n’oublierais jamais son visage.

Visage qu'on sait toujours pas à quoi exactement il ressemble, hormis qu'il est beau et ténèbreux.

Citer
Non seulement Evan était le plus beau mec que j’aie jamais vu, mail il était entouré d’une aura mystérieuse et sexy qui m’attirait irrémédiablement. J’avais envie de découvrir ses secrets. Je devinais sa souffrance : je la lisais dans ses yeux sombres et profonds.

Qu'est-ce que je disais ?

Citer
Cependant il avait choisi de me repousser, de porter seul sa peine. Pourquoi ? Je savais que son passé était lourd. La mort de ses parents avait dû être traumatisante. Était-ce pour cette raison qu’il ne voulait pas de moi ?

Si ça se trouve, ses parents sont encore en vie, mais comme ils votent Jean François Copé, il en a honte.

Citer
La jeune fille et le requin…
Son poème m’avait touchée, au plus profond de mon cœur. Ses mots semblaient prendre vie chaque fois que je le lisais.

Aucun commentaire, sinon je vais finir par mordre un chien.

Shane lui passe un coup de fil, lui dit qu'il va passer à la maison la voir, avec Jordan et Laura (qui copulent désormais); et lui apporter quelques affaires. Bien sûr comme on est dans un running gag pitoyable, elle lui demande de lui acheter des chips.

Citer
Tout à coup, j’ai réalisé que la situation était complètement surréaliste. Comment Lau et moi avions-nous fini par devenir copines avec les mecs les plus populaires du lycée ? On aurait dit une histoire cliché de Wattpad… une de celles où des filles ordinaires deviennent tout à coup amies avec des mecs populaires. La seule différence, c’est que Shane ne m’intéressait pas. Ou bien… J’ai repoussé cette idée

Sérieusement, je sais pas ce qui est le plus triste entre les blagues sur les chips et les blagues méta tellement tout tombe à l'eau dans ce roman.

Citer
On a sonné à la porte et j’ai bondi. Déjà ? C’était rapide. Après tout, Shane roulait comme un fou, ce n’était pas si étonnant. J’étais dans l’escalier quand la sonnette a retenti à nouveau.
— J’arrive ! ai-je crié en accélérant le pas.
Je ne me sentais vraiment pas bien, je n’étais pas en état de courir. J’ai attrapé la poignée et j’ai ouvert. Le temps s’est arrêté.
Sainte mère des Ruffles !



J'essaye avec un chaton, peut-être que le message passera mieux.

Citer
— Toi, ai-je murmuré de façon presque inaudible.
Je ne respirais plus. Je n’étais même pas certaine que mon cœur batte encore. Je me suis cramponnée à la poignée, toujours sous le choc.

Je réagis pareil quand Chronopost ne paume pas mon colis.

Citer
Evan se tenait sur le seuil. Je devais être en train de rêver. Ou le sirop contre la toux me filait des hallucinations. Est-ce que j’avais forcé la dose ? Non, j’avais suivi scrupuleusement la posologie. Et si la date de péremption était dépassée ?
— Julie.
Sa voix sexy était toujours aussi troublante. Il était là, devant moi, trop adorable. Son beau visage avait une expression triste. Ses cheveux foncés étaient encore plus en bataille que la dernière fois, comme s’il les avait trop ébouriffés sans s’en rendre compte. Ses yeux noirs d’une profondeur infinie me fixaient en silence. Il portait un jean bleu foncé et un sweat à capuche bleu.

Là, je demande un vote populaire. Evan peut-il encore être considéré comme SOMBRE & TORTURE s'il porte du bleu foncé et non du noir ?

Citer
— Qu’est-ce que tu f… fais ici ? ai-je bafouillé.
— Je venais juste…
Il s’est interrompu et s’est gratté la tête.
— C’était une mauvaise idée, a-t-il décrété en tournant les talons.

D'écrire cette fic ? Oui.

Citer
Il partait. Ah non ! Je ne le laisserais pas filer cette fois. J’ai couru et, avant d’avoir le temps de bien réfléchir, j’ai passé les bras autour de lui par-derrière. Il s’est figé et j’ai enfoui la tête contre son dos. Il sentait super bon : un mélange d’assouplissant à la lavande et d’un discret parfum pour hommes.

Vous saurez qu'en plus d'être profond et mystérieux, Evan lave ses vêtements. Quel homme exceptionnel.

Citer
— Ne t’en va pas, ai-je marmonné.
J’étais pathétique. Evan s’est légèrement détendu. Je sentais son cœur battre à toute allure. Était-ce à cause de moi ?



Non, je règle juste un truc.

Citer
— Tu m’as manqué, a-t-il murmuré de façon presque inaudible.
J’ai fondu en entendant ces mots.
— Toi aussi, tu m’as manqué, ai-je avoué.
Evan a posé les mains sur les miennes pour les écarter. J’ai laissé retomber les bras sur le côté. Il s’est tourné pour me faire face et nous nous sommes regardés dans les yeux.
— J’espère qu’on pourra être amis, a-t-il déclaré.
Il avait tout à coup l’air froid. Je me suis renfrognée.
— Amis ?
Il me plaisait – non, j’étais dingue de lui –, et lui voulait qu’on soit copains ?

A quel point ça serait plus intéressant s'il n'était pas attiré par elle du tout ? S'il était homo ? S'il était asexuel ? Si c'était une boule de chewing-gum géante, bref, n'importe quoi qui sorte de cette mer de clichés dans laquelle on se noie depuis je sais pas combien de pages ?

Citer
Il a posé son index sur mes lèvres.
— Amis, a-t-il répété.
Son doigt a caressé doucement les contours de ma bouche. J’ai fermé les paupières en frissonnant. J’ai senti qu’il se penchait vers moi. Son front s’est collé contre le mien.
— Je ne peux rien t’offrir de plus que mon amitié, Julie. C’est à prendre ou à laisser.

Semble t-il dans le monde de wattpadlove, on tripote ses amis.

Citer
Son souffle me chatouillait le visage. S’il voulait qu’on soit copains, il allait devoir reculer. Je me retenais de l’embrasser. J’ai ouvert doucement les yeux pour les plonger dans les siens.
— Je prends.
Il savait que j’accepterais. J’aurais fait n’importe quoi pour rester près de lui. Je ne savais pas comment mes sentiments pour lui étaient devenus si forts. Comme si c’était mon destin d’être avec lui. Peut-être que j’étais folle ? Je n’avais jamais été une fille ordinaire. J’avais sans cesse des histoires d’amour et des romans à l’eau de rose en tête. J’avais toujours rêvé de trouver le garçon idéal pour moi. Je ne savais pas si c’était Evan, mais une partie de moi sentait qu’il avait besoin de moi. Evan avait besoin d’une amie. Ça allait être difficile, voire impossible, d’être proche de lui sans étaler mes sentiments, mais je devais tenter le coup.

Ah oui, ça va durer genre deux chapitres hein, ce "on est juste amis lolilol". Faut pas perdre de vue que c'est une histoire d'amour révolutionnaire à la base.

Citer
J’ai rougi en voyant ses bras nus. J’ai remarqué un tatouage sombre sur le côté de son cou. Le dessin était étrange, mais très beau. Les courbes se terminaient près de sa mâchoire.

Un type tatoué est-il assez SOMBRE & TORTURE pour vous ou bien vous n'en avez pas encore assez ?

Citer
— Et comment sais-tu où j’habite, espion ? ai-je demandé en croisant les bras.
Evan a haussé les épaules.
— C’est Jason qui me l’a dit.
J’étais abasourdie.
— Jason ? Tu le connais ?
— Ouais, on est plus ou moins copains.
— Il ne m’a jamais parlé de toi.
— J’ai dit plus ou moins. Il sort avec ma sœur.
Quoi ? Je n’étais même pas au courant que Jason avait une petite amie. Juste qu’il couchait avec Helen… Oh.
— Helen est ta sœur ?
— Tu la connais ?
J’ai détourné le regard. Je ne pouvais pas lui avouer que Jason était avec elle juste pour le sexe. Même si Jason se comportait parfois comme un coureur, c’était mon meilleur ami et je ne souhaitais pas sa mort.
— Oui, il m’a déjà parlé d’elle, ai-je marmonné.


Comme le monde est petit !

Citer
— Alors, tu vis ici depuis toujours ? Comment ça se fait que je ne t’ai jamais vu ?
— Je n’habite pas ici, j’habite River Town.
Ce n’était pas très loin : à une demi-heure en voiture.

Ouais enfin on va pas se mentir, le roman est si mal écrit que tout le monde vit dans la même rue; alors leurs villes elles doivent abriter grand max 15 personnes en tassant bien. Et du coup, si Evan connait un peu Jason; comment se fait-il que ce dernier n'ait jamais parlé de son beauf à sa meilleure amie ? Ah oui, le scénario, c'est vrai.

Citer
— Mais Helen habite Crookwell.
J’étais perdue.
— Elle vit chez notre tante. Moi je suis seul dans la maison de nos parents.
Son ton était soudain très froid. Il n’avait sans doute pas envie de parler de ses parents.

Peut-être même que ses parents votent Jean-Vincent Placé, et que c'est pour ça qu'il les a tués. J'aurais fait pareil.

Citer
Nous nous sommes tus pendant un moment.
— Le poème t’a plu ? m’a-t-il demandé doucement.

Non.

Citer
J’ai levé les yeux vers lui, les joues rouges.
— Oui, il est très beau, ai-je admis avec franchise.
— Évidemment, c’est moi qui l’ai écrit, a-t-il répliqué.
J’ai éclaté de rire et j’ai secoué la tête.
— J’avais oublié ton ego surdimensionné.
Je lui ai décoché un coup de coude.
— Aïe. Dis non à la violence !
— Je voulais juste voir si je pouvais percer ton ego, l’ai-je taquiné.
— Ah oui ?
Il m’a souri d’un air démoniaque et m’a chatouillée. J’ai ri jusqu’à ce que des larmes ruissellent sur mon visage.
— Arrête ! ai-je haleté.
J’avais mal au ventre. J’ai tenté de le repousser, mais il m’a saisie par la taille et m’a tirée vers lui. Je n’arrivais plus à respirer. J’allais mourir de rire, littéralement. Il s’est enfin arrêté et j’ai remarqué que nous étions collés l’un à l’autre. Son nez touchait presque le mien et son souffle me caressait les lèvres. Il a baissé les yeux vers ma bouche et je me suis mordillé la lèvre de nervosité.

Oh là là, une scène de tension sexuelle, je suis surpris.

Citer
Un coup de klaxon a mis fin à notre intimité. Nous nous sommes écartés et nous avons tourné la tête vers la rue. Laura a sauté du SUV de Shane, suivie de Jordan. Shane a été le dernier à mettre pied à terre. Je n’ai pas bougé. Ils avançaient vers nous, en nous regardant d’un air intrigué.
Je leur ai souri timidement. La soirée s’annonçait très longue.

Le reste de la fic aussi, hélas

Décidément les fanfics de Code 44 sont ma came, Tehem

Hors ligne Nobody

  • Nobody is perfect
  • Modérateurs globaux
  • Prix Renaudot
  • ********
  • Messages: 2151
  • Popularité: +40/-22
  • Sexe: Homme
  • Fan de Code et des requins.
Re : Fanfics et nanardise
« Réponse #2337 le: 14 septembre 2017 à 09:17:18 »
 :suicide_anim:
J'en peux plus, ça s'étale trop, j'ai l'impression que cette fic n'a pas de fin.

Allez j'imagine que son tatouage à un rapport avec la mort de ses parents. Et qu'il va se faire tatouer un truc en rapport avec Julie à la fin de la fic ?

"Pour insister, " coupa Jim, anticipant le commentaire de Spock. "Parce que c'était Stupide. Et le truc du "héros imprudent", c'est mon truc, pas le vôtre. Vous êtes la partie sensée et rationnelle de ce partenariat. C'est vous qui portez le t-shirt "I'm with stupid".
Veritas - Peneloo

Hors ligne AudreyAzura

  • Trap yuriiste
  • Nouvelle
  • **
  • Messages: 176
  • Popularité: +17/-0
  • Sexe: Femme
    • http://www.studio-shaft.fr
Re : Fanfics et nanardise
« Réponse #2338 le: 14 septembre 2017 à 11:27:06 »
C'est fou à quel point l'écriture est plate en plus. Quand Evan arrive devant la porte, ok, tu le vois venir gros comme une maison, mais bordel, l'écriture change même pas pour ne serait-ce qu'essayer de donner l'illusion de la surprise. C'est cliché comme pas permis, mais ça aurait pu être une scène pas mal. Mais non, même dans ces moments, l'auteurs vient tout gâcher avec des considérations sur la date de péremption des médicaments. C'est lamentable.
The two Alices are not books for children, they are the only books in which we become children.
- Virginia Woolf

Faire tales are more than true : not because they tell us that dragon exist, but because they tell us that dragon can be beaten.
- GK Chesterton

Hors ligne Zed3Et

  • Psychopathe tendant vers l'asocial (ou le contraire...)
  • Roman
  • ***
  • Messages: 289
  • Popularité: +9/-2
  • Sexe: Homme
Re : Fanfics et nanardise
« Réponse #2339 le: 14 septembre 2017 à 11:37:31 »
Sainte mère des Ruffles.
OK, là, on touche le fond. Je propose qu'on se cotise tous pour engager une compagnie de mercenaires chargée de péter la margoulette de l'auteur. Qui est avec moi ?
Les idées sont des épées vivantes qui, une fois forgées par le génie, prennent des ailes et combattent toutes seules et sans avoir besoin d'une main qui les tienne.
Victor Hugo